Les Évangiles

Matthieu
Marc
Luc
Jean

L’Évangile selon Matthieu

1 1Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham. 2Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ; 3Juda engendra de Thamar, Pharès et Zara ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram ; 4Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra Naasson ; Naasson engendra Salmon ; 5Salmon engendra Booz, de Rahab ; Booz engendra Obed, de Ruth ; Obed engendra Jessé ; Jessé engendra le roi David. 6David engendra Salomon, de la femme d’Urie ; 7Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abias ; Abias engendra Asa ; 8Asa engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ; 9Ozias engendra Joatham ; Joatham engendra Achaz ; Achaz engendra Ézéchias ; 10Ézéchias engendra Manassé ; Manassé engendra Amon ; Amon engendra Josias ; 11Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone. 12Et après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel ; Salathiel engendra Zorobabel ; 13Zorobabel engendra Abiud ; Abiud engendra Éliakim ; Éliakim engendra Azor ; 14Azor engendra Sadoc ; Sadoc engendra Achim ; Achim engendra Éliud ; 15Éliud engendra Éléazar ; Éléazar engendra Mathan ; Mathan engendra Jacob ; 16Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. 17En tout donc, depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à la déportation à Babylone, quatorze générations ; et depuis la déportation à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations. 18Voici comment naquit Jésus Christ : comme Marie, sa mère, avait été fiancée à Joseph, avant leur union elle se trouva enceinte par l’action du Saint-Esprit. 19Joseph, son mari, qui était un homme de bien, et ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. 20Il y réfléchissait lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe : « Joseph, dit-il, fils de David, ne crains point d’accueillir Marie, ta femme ; l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit. 21Elle va mettre au monde un fils, à qui tu donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » 22En tous ces événements, s’accomplissait l’oracle inspiré du prophète : 23Voici que la vierge va concevoir et enfantera un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel (Is 7.14) — c’est-à-dire : Dieu avec nous. 24Dès son réveil, Joseph exécuta ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit, et prit chez lui son épouse. 25Et, sans qu’il l’eût connue, elle mit au monde un fils, auquel il donna le nom de Jésus. 3Thamar : cf. Gn 38. 5Rahab : cf. Jos 2 ; Jos 6.25. 5Ruth : voir livre de Ruth. 6La femme d’Urie : cf. 2 Sa 11. 16Dans le monde juif, c’est la paternité légale qui donne des droits héréditaires. C’est pourquoi la généalogie de Matthieu aboutit à Joseph, tout comme celle de Luc, qui se fait en sens inverse, part de Joseph. Des traditions très anciennes voient en Marie une descendante de David. C’est possible, mais les évangélistes n’en parlent pas. 16Christ est l’équivalent grec du mot hébreu Messie, qui signifie consacré par onction. 1714 : l’évangéliste a groupé symboliquement les ancêtres du Christ en trois séries de 14. 19Une fiancée infidèle risquait la lapidation, comme une épouse adultère (voir Dt 22.20-21). Joseph connaît l’innocence de Marie et accepte le mystère. 21Jésus : mot hébreu (Yeshua, abrégé de Yehoshua) signifiant Yahvé sauve.

2 1Après la naissance de Jésus à Bethléem de Judée, sous le règne d’Hérode, des mages venus d’Orient se présentèrent à Jérusalem. 2« Où est le roi des Juifs, qui vient de naître ? demandaient-ils. Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus lui rendre hommage. » 3Le roi Hérode s’émut à cette nouvelle, et tout Jérusalem avec lui. 4Il convoqua tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s’enquit auprès d’eux de l’endroit où devait naître le Christ. 5« C’est à Bethléem de Judée, lui dirent-ils ; voici l’oracle du prophète : 6Toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es sûrement pas la moindre parmi les cités de Juda : c’est de toi que va sortir le chef qui doit gouverner mon peuple, Israël (Mi 5.1). » 7Hérode alors fit venir en secret les mages et se fit préciser par eux la date où l’astre était apparu ; 8puis il les dirigea sur Bethléem : « Allez prendre des informations précises sur cet enfant, leur dit-il. Quand vous l’aurez trouvé, faites-le moi savoir, afin que j’aille lui rendre hommage à mon tour. » 9Sur ces mots du roi, ils se mirent en route.Et voici que l’étoile, qu’ils avaient aperçue en Orient, se mit à les précéder jusqu’à ce qu’elle vînt au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. 10L’apparition de l’astre les avait remplis d’une joie profonde. 11Ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l’enfant avec Marie, sa mère, et lui rendirent hommage en se prosternant devant lui. Puis ils ouvrirent leurs bagages et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 12Mais ils reçurent en songe l’avertissement divin de ne pas retourner auprès d’Hérode, et regagnèrent leur pays par une autre route. 13Après leur départ, l’ange du Seigneur apparut en songe à Joseph : « Lève-toi, lui dit-il, emmène l’enfant et sa mère, et réfugiez-vous en Égypte jusqu’à ce que je t’avertisse. Hérode, en effet, va rechercher l’enfant pour le faire périr. » 14Joseph se leva, emmena de nuit l’enfant et sa mère et se retira en Égypte. 15Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : J’ai rappelé d’Égypte mon fils (Os 11.1). 16Quand Hérode se vit joué par les mages, il entra en fureur et envoya massacrer tous les enfants de Bethléem et de tout son territoire, jusqu’à l’âge de deux ans, selon la date qu’il s’était fait préciser par les mages. 17Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Jérémie : 18Une clameur s’est fait entendre à Rama, des gémissements et des sanglots répétés : c’est Rachel qui pleure ses enfants, et ne veut pas se consoler de ce qu’ils ne sont plus (Jér 31.15) ! 19Hérode mort, l’ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte : 20« Lève-toi, dit-il, emmène l’enfant et sa mère, et retourne au pays d’Israël. Ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant sont morts. » 21Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère, et revint au pays d’Israël. 22Mais quand il apprit qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode son père, il n’osa s’y rendre. Averti divinement en songe, il se retira dans la province de Galilée, 23et vint habiter une ville appelée Nazareth. Ainsi s’accomplissait l’oracle des prophètes : « Il sera appelé Nazaréen. » 1Hérode le Grand a régné de 37 à 4 avant l’ère chrétienne, dont le point de départ a été mal calculé. 1Mages : rien n’autorise à en faire des rois. Ils étaient peut-être des savants, astronomes ou astrologues. 4Grands prêtres : les chefs des familles sacerdotales. 4Scribes : sorte de docteurs en droit religieux, chargés d’interpréter la Loi de Moïse. 15Mon fils : Osée parle du peuple d’Israël, invité à sortir d’Égypte. 22Archelaüs, fils d’Hérode le Grand, fut « ethnarque » de Judée, Samarie et Idumée, suivant le testament de son père. Mais, sur les plaintes de ses sujets, il en sera dépossédé et exilé. Ses territoires furent alors confiés à un procurateur romain. 23Ce texte est introuvable dans la Loi et les Prophètes ; mais Nazaréen semble être un qualificatif dédaigneux, et les prophètes, surtout Isaïe, annonçaient un Serviteur de Dieu, humble et méconnu (cf. Is 53 etc.). L’adjectif provient sans doute du nom de Nazareth.

3 1En ces jours-là survient Jean-Baptiste ; il prêche dans le désert de la Judée : 2« Changez de conduite, dit-il, car le royaume des cieux est proche. » 3C’est de lui que parlait le prophète Isaïe dans cet oracle : Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers (Is 40.3). 4Jean portait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. 5Les gens de Jérusalem, de toute la Judée et de toute la contrée qui environne le Jourdain venaient à lui ; 6ils avouaient leurs péchés et se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. 7Comme il voyait venir à son baptême nombre de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : « Engeance de vipères, qui vous a suggéré d’esquiver la colère à venir ? 8Portez donc le fruit d’un repentir sincère, 9au lieu de vous contenter de vous dire : Nous avons Abraham pour père ! car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham. 10La cognée est déjà mise à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bon fruit, on le coupe et on le jette au feu. 11Je vous baptise, moi, dans l’eau, en signe de pénitence : mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses chaussures. Lui vous baptisera dans le Saint-Esprit et le feu. 12Il tient en main le van ; il va nettoyer son aire, amasser le froment dans son grenier, mais brûler la paille dans un feu qui ne s’éteint pas. » 13Alors survient Jésus ; il arrivait de Galilée au Jourdain près de Jean pour se faire baptiser par lui. 14Jean s’y refusait : « C’est moi qui ai besoin de ton baptême, et toi, tu viens à moi ! » 15Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour le moment ; car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. » Alors Jean le laissa faire. 16Au moment où Jésus, baptisé, sortait de l’eau, voici que les cieux s’ouvrirent à lui, et il vit, tel une colombe, l’Esprit de Dieu descendre sur lui. 17Et du ciel une voix se faisait entendre : « Voici mon Fils bien-aimé, sur qui je porte mon affection. » 2Le royaume des cieux : expression propre à Matthieu, qui a conservé la forme hébraïque, équivalente à Royaume de Dieu (voir Lexique). 7Pharisiens et sadducéens : adeptes de deux partis religieux en renom chez les Juifs. Les uns attachaient beaucoup d’importance à l’interprétation de la Loi et aboutissaient souvent à une casuistique et à un formalisme sans coeur. Les autres, qui se recrutaient principalement parmi l’aristocratie, se référaient à la lettre de la Loi, niaient la résurrection et s’efforçaient de préserver leur pouvoir politique en collaborant avec les Romains. 15Justice : chez Matthieu : fidélité à la volonté de Dieu, accomplissement de son projet.

4 1Jésus fut alors conduit au désert par l’Esprit, afin d’être tenté par le diable. 2Il jeûna quarante jours et quarante nuits, puis il eut faim. 3Le Tentateur s’approcha : « Si tu es Fils de Dieu, lui dit-il, ordonne que ces pierres se changent en pains. » 4Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Dt 8.3). » 5Le diable l’emmena ensuite dans la ville sainte, et le plaça au sommet du temple : 6« Si tu es Fils de Dieu, lui dit-il, jette-toi en bas, car il est écrit : Dieu a donné pour toi des ordres à ses anges ; ils te soutiendront de leurs mains de peur que ton pied ne heurte une pierre (Ps 90.11-12). » 7Jésus lui dit : « Il est écrit aussi : Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu (Dt 6.16). » 8Le diable l’emmena encore sur une haute montagne et lui montra tous les royaumes du monde avec leur opulence : 9« Tout cela, lui dit-il, je te le donnerai, si tu te prosternes pour me rendre hommage. » 10« Arrière, Satan, lui dit alors Jésus, car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul (Dt 6.13). » 11Cette fois le diable le laissa ; et alors des anges s’approchèrent et ils le servaient. 12À la nouvelle de l’arrestation de Jean, Jésus se retira en Galilée. 13Il quitta Nazareth et vint habiter Capharnaüm, sise au bord du lac, sur les confins de Zabulon et de Nephtali. 14Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Isaïe : 15Le pays de Zabulon et de Nephtali, contrée voisine de la mer, le pays d’au-delà du Jourdain, la Galilée des nations païennes, 16ce peuple, plongé dans les ténèbres, a vu resplendir une grande lumière ; sur ceux qui étaient dans l’ombre de la mort, s’est levée une aurore (Is 9.1). 17Dès lors Jésus se mit à prêcher : « Changez de conduite le royaume des cieux est proche. » 18Au cours d’une promenade au bord du lac de Galilée, Jésus vit deux frères, Simon (dit Pierre), et André, son frère, qui jetaient le filet dans le lac, car ils étaient pêcheurs. 19« Venez à ma suite, leur dit-il, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » 20Aussitôt ils abandonnèrent leurs filets, et le suivirent. 21Un peu plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui arrangeaient leurs filets dans la barque avec Zébédée, leur père. Il les appela. 22Aussitôt ils abandonnèrent la barque et leur père, pour le suivre. 23Jésus parcourait toute la Galilée, enseignait dans les synagogues, prêchait la bonne nouvelle du royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. 24Sa renommée se répandit dans toute la Syrie ; on lui amenait tous les malades et les infirmes, les possédés, les lunatiques, les paralytiques, et il les guérissait. 25De grandes foules vinrent à lui de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et d’au-delà du Jourdain. 5La ville sainte : Jérusalem. 7Tenter Dieu : le mettre en demeure d’intervenir. 12Sur l’arrestation de Jean, voir Mc 6.17. 13Le lac de Génésareth, appelé aussi lac (ou mer) de Tibériade. 23Synagogues : lieux où les Israélites se réunissent pour prier et pour entendre lire et commenter l’Écriture. 24Lunatiques : nom donné dans l’Antiquité aux épileptiques, car on les croyait sous l’influence de la lune. Voir Mt 17.15. 25Décapole : région située à l’est du lac de Tibériade et du Jourdain, comprenant 10 agglomérations.

5 1À la vue de ces foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. 2Alors il ouvrit la bouche et leur donna ces enseignements : 3« Heureux ceux qui ont un cœur de pauvre : le royaume des cieux est à eux ! 4Heureux ceux qui sont doux : ils posséderont la terre ! 5Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés ! 6Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés ! 7Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde ! 8Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu ! 9Heureux les pacifiques : ils seront appelés fils de Dieu ! 10Heureux les persécutés pour la justice : le royaume des cieux est à eux ! 11Heureux serez-vous quand on vous insultera, quand on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. 12Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux. Car c’est ainsi qu’on a persécuté vos prédécesseurs les prophètes. » 13« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé par les hommes. 14Vous êtes la lumière du monde. Une ville sise en haut d’une montagne ne peut rester cachée ; 15on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire afin d’éclairer tous ceux qui sont dans la maison. 16Que votre lumière luise si bien devant les hommes, qu’à la vue de vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » 17« Ne croyez pas que je sois venu abolir la loi ou les Prophètes ; je suis venu non les abolir, mais les accomplir. 18Oui, vous dis-je, le ciel et la terre passeraient plutôt que ne disparaisse un iota, un trait de la loi avant que tout ne s’accomplisse. 19Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à le faire, sera déclaré le moindre dans le royaume des cieux. Mais celui qui les aura observés et enseignés, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des cieux. 20Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. » 21« Vous l’avez appris : il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point (Ex 20.13) : tout meurtrier sera passible du tribunal. 22Mais moi je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère sera passible du tribunal ; celui qui dit à son frère : Raca, sera passible du Grand Conseil ; et celui qui lui dira : Fou, sera passible de la géhenne du feu. 23Lors donc que tu présentes ton offrande à l’autel, si tu te rappelles que ton frère a quelque chose contre toi, 24laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; alors seulement, tu viendras présenter ton offrande. 25Accorde-toi promptement avec ton adversaire tandis que vous venez ensemble au tribunal, de peur qu’il ne te livre au juge, et le juge à l’huissier, et que tu ne sois mis en prison. 26Oui, te dis-je, tu n’en sortiras pas que tu n’aies payé jusqu’au dernier sou. » 27« Vous l’avez appris : il a été dit aux anciens : Tu ne commettras point d’adultère (Ex 20.14). 28Mais moi je vous dis : Tout homme qui jette sur une femme un regard de convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. 29Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; mieux vaut pour toi qu’un seul de tes membres périsse, que d’avoir le corps tout entier jeté dans la géhenne. 30Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; mieux vaut pour toi qu’un seul de tes membres périsse, que d’avoir le corps tout entier jeté dans la géhenne. 31Il a été dit aussi : Celui qui répudiera sa femme, lui donnera une lettre de divorce (Dt 24.1). 32Mais moi je vous dis : Quiconque répudie sa femme, (sauf en cas d’union irrégulière), la pousse à l’adultère ; et celui qui épouse une femme répudiée, commet un adultère. » 33« Vous l’avez encore appris : il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de tes serments (Ex 20.7 ; Dt 23.22). 34Mais moi je vous dis de ne point faire du tout de serments : ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu ; 35ni par la terre, parce que c’est l’escabeau de ses pieds ; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. 36Tu ne jureras pas non plus par ta tête, parce que tu n’en peux rendre un seul cheveu blanc ou noir. 37Dites seulement : oui, si c’est oui ; non, si c’est non. Ce qu’on y ajoute vient du Malin. » 38« Vous l’avez appris : il a été dit : Œil pour œil, dent pour dent (Ex 21.24). 39Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui l’autre aussi. 40Si quelqu’un veut te citer en justice pour avoir ta tunique, abandonne-lui aussi ton manteau. 41Si quelqu’un veut te contraindre à faire un mille avec lui, fais-en deux. 42Donne à qui te demande, et n’esquive pas celui qui veut t’emprunter. » 43« Vous l’avez appris : il a été dit : Tu aimeras ton prochain (Lv 19.18), et tu pourras haïr ton ennemi. 44Mais moi je vous dis : Aimez vos ennemis, (faites du bien à ceux qui vous haïssent), priez pour ceux qui vous (maltraitent et vous) persécutent. 45Vous serez ainsi les fils de votre père du ciel, qui fait lever son soleil sur les méchants comme sur les bons, et fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46Si vous n’aimez que ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains mêmes n’en font-ils pas autant ? 47Si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens n’en font-ils pas autant ? 48Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » 4Posséder la terre : entrer dans le Royaume de Dieu (voir Ps 36.11). 17La Loi ou les Prophètes : les deux parties principales de l’Écriture et, par extension, toute la Bible hébraïque. 18La plus petite lettre de l’alphabet grec et aussi de l’alphabet hébreu. 22Raca : injure signifiant : tête vide. 22Fou : injure exprimant chez les Hébreux le comble de l’aberration religieuse et de la perversité morale. 22Géhenne : considérée comme le lieu du jugement et de la perdition, c’était un ravin de Jérusalem où l’on situait les anciens sacrifices à Moloc (voir Lv 18.21 ; Jér 7.31 etc.). 32Sauf en cas d’union irrégulière (litt. : prostitution) : cette petite incise, propre à Matthieu et répétée en Mt 19.9 a suscité de longues controverses dans les Églises chrétiennes sur les conditions de séparation entre époux. 37Sens : contentez-vous du langage ordinaire et, surtout, que votre parole soit véridique. 43Prochain : au sens de tout autre Israélite ; de même au v. 47 : vos frères. — Haïr son ennemi n’est pas mentionné dans la Loi. Sur le sens outrancier de l’expression, voir note à Lc 14.26. 46Publicains : percepteurs d’impôts, souvent malhonnêtes et, pour cela, méprisés.

6 1« Gardez-vous de faire vos bonnes œuvres devant les hommes pour vous donner en spectacle. Sinon vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père du ciel. 2Quand donc tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi comme les faux dévots le font dans les synagogues et dans les rues, pour en être loués par les hommes. Oui, vous dis-je, ils ont leur récompense. 3Quand tu fais l’aumône, ta main gauche ne doit pas savoir ce que fait ta droite ; 4ainsi ton aumône restera dans le secret, et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » 5« Quand vous priez, ne faites pas comme les faux dévots : ils aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues pour attirer l’attention. Oui, vous dis-je, ils ont leur récompense. 6Quand tu veux prier, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père dans le secret, et ton Père qui voit dans le secret, te le rendra. 7Dans vos prières, il ne faut pas multiplier les paroles, comme font les païens ; ils se figurent être exaucés à force de paroles. 8Ne les imitez pas, votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez. » 9« Voici comment vous prierez :Notre Père qui es aux cieux,que ton nom soit sanctifié ; 10que ton règne vienne ;que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; 12pardonne-nous nos offensescomme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. 13Et ne nous soumets pas à la tentation,mais délivre-nous du Mal. 14Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste aussi vous les pardonnera ; 15mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus. » 16« Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre comme les faux dévots qui se composent un visage exténué pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Oui, vous dis-je, ils ont leur récompense. 17Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage 18pour ne pas laisser voir aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est présent dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » 19« Il ne faut pas accumuler de trésors sur la terre, où la rouille et les mites rongent, où les voleurs percent et dérobent. 20Accumulez des trésors dans le ciel, où ne rongent ni les mites ni la rouille, où les voleurs ne percent ni ne dérobent. 21Car, où est ton trésor, là sera ton cœur. » 22« La lampe du corps, c’est l’œil. Ton œil est-il sain, ton corps entier jouira de la lumière ; 23ton œil est-il malade, ton corps entier sera dans les ténèbres. Si la lumière qui est en toi est ténèbres, combien épaisses seront les ténèbres elles-mêmes. » 24« Nul ne peut servir deux maîtres ; ou bien il faut haïr l’un et aimer l’autre, ou bien se vouer à l’un et faire fi de l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. 25C’est pourquoi je vous dis : Ne vous tracassez pas pour votre vie, de ce que vous mangerez (ou boirez) ; ni pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, le corps plus que le vêtement ? 26Regardez les oiseaux : ils ne sèment pas, ne moissonnent pas, n’engrangent pas, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 27Qui de vous peut, à force de soucis, prolonger d’une seule coudée la longueur de sa vie ? 28Et pourquoi vous tracasser pour vos vêtements ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent. 29Cependant, je vous le dis : Salomon lui-même, au comble de l’opulence, n’était pas vêtu comme l’un d’eux. 30Si Dieu donne tant d’élégance à la plante champêtre qui pousse aujourd’hui et sera jetée au feu demain, n’en fera-t-il pas bien davantage pour vous, gens de peu de foi ? 31Il ne faut donc pas vous tracasser en disant : Que manger ? Que boire ? Comment nous vêtir ? 32Tout cela, ce sont les préoccupations des païens ; mais votre Père céleste sait bien que vous en avez besoin. 33Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice ; et l’on vous donnera tout le reste par-dessus le marché. 34N’ayez donc point de souci du lendemain : demain aura souci de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » 3Ne doit pas savoir : tellement tu l’auras fait avec discrétion. 12Litt. : remets-nous nos dettes comme nous-mêmes les remettons à nos débiteurs. 13Comme Jésus à Gethsémani (Mt 26.39), le chrétien prie pour que l’épreuve lui soit épargnée, mais cette prière reste enveloppée dans l’expression que ta volonté soit faite. 24Mammon : mot araméen désignant la richesse, ici personnifiée.

7 1« Ne jugez point, ainsi vous ne serez point jugés. 2Le jugement que vous portez, on le portera sur vous, et l’on mesurera pour vous avec la mesure dont vous vous servez. 3Pourquoi regardes-tu la paille dans l’œil de ton frère, sans remarquer la poutre dans le tien ? 4Comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter la paille de ton œil, alors qu’il y a une poutre dans le tien ? 5Hypocrite ! Ôte d’abord la poutre de ton œil, et ainsi tu y verras pour ôter la paille de celui de ton frère. » 6« Il ne faut pas donner aux chiens les choses saintes, ni jeter vos perles devant les pourceaux ; ils pourraient les piétiner, et se retourner contre vous pour vous déchirer. » 7« Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. 8Quiconque demande, reçoit ; qui cherche, trouve ; à celui qui frappe, on ouvre. 9Qui d’entre vous va donner un caillou à son fils qui lui demande du pain ? 10Lui donnera-t-il un serpent, s’il demande un poisson ? 11Eh bien, puisque vous-mêmes, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui le prient. » 12« Tout ce que vous voudriez que les hommes vous fassent, faites-le leur vous-mêmes ; c’est cela la loi et les Prophètes. » 13« Entrez par la porte étroite, car large est la porte et spacieuse la voie qui mènent à la perdition, et nombreux ceux qui s’y engagent. 14Mais étroite est la porte et resserrée la voie qui mènent à la vie, et rares ceux qui la trouvent. » 15« Attention aux faux prophètes ; ils viennent à vous déguisés en brebis, mais, au dedans, ce sont des loups ravisseurs. 16C’est à leurs fruits que vous les jugerez. Cueille-t-on des raisins sur les épines, des figues sur les ronces ? 17Tout bon arbre porte de bons fruits ; tout arbre gâté porte de mauvais fruits. 18Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre gâté de bons fruits. 19Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits, on le coupe et on le jette au feu. 20C’est donc à leurs fruits que vous les jugerez. » 21« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, n’entreront pas tous dans le royaume des cieux ; mais bien celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22En ce jour-là bien des gens me diront : Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prêché, en ton nom que nous avons chassé les démons, en ton nom que nous avons fait bien des miracles ? 23Et cependant je leur déclarerai : Je ne vous ai jamais connus. Retirez-vous de moi, mauvais ouvriers. » 24« Eh bien, quiconque entend de moi ces paroles et les met en pratique, est semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. 25La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé, ils se sont déchaînés contre cette maison, mais elle n’a point croulé car elle était fondée sur le roc. 26Mais quiconque entend de moi ces paroles et ne les met pas en pratique, est semblable à un homme insensé, qui a bâti sa maison sur le sable. 27La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé ; ils ont battu cette maison et elle a croulé, et grande a été sa ruine. » 28Quand Jésus eut achevé ce discours, la foule resta frappée de son enseignement. 29Il enseignait, en effet, d’autorité, et non point comme leurs scribes. 12La Loi et les Prophètes : voir Mt 5.17 et la note. 23Sous-entendre : « parce que, tout en parlant en mon nom, vous n’avez pas mis mon message en pratique ».

8 1Jésus descendit de la montagne et une grande foule le suivit. 2Et voici qu’un lépreux vint se prosterner devant lui : « Seigneur, dit-il, si tu veux, tu peux me purifier. » 3Jésus étendit la main, le toucha et dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant sa lèpre fut guérie. 4Jésus lui dit alors : « Attention ! N’en parle à personne ; va seulement te montrer au prêtre et offre le don prescrit par Moïse en témoignage de ta guérison. » 5Jésus entrait à Capharnaüm. Un centurion l’aborda pour lui demander secours : 6« Seigneur, dit-il, mon serviteur est chez moi, cloué au lit par la paralysie ; il souffre beaucoup. » 7Jésus répondit : « Je vais aller moi-même le guérir. » 8« Seigneur, reprit le centurion, je ne suis pas à même de te recevoir sous mon toit ; dis un mot seulement, et mon serviteur sera guéri. 9Je ne suis moi-même qu’un subalterne, et j’ai des soldats sous mes ordres. Je dis à l’un : Va, et il va ; à l’autre : Viens, et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela, et il le fait … » 10À ces mots, Jésus, plein d’admiration, dit aux assistants : « Oui, je vous le déclare, chez personne en Israël je n’ai trouvé semblable foi. 11Aussi je vous le déclare : Bien des gens viendront de l’Orient et de l’Occident prendre auprès d’Abraham, d’Isaac et de Jacob leur place au festin dans le royaume des cieux, 12tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures ; là seront les pleurs et les grincements de dents. » 13Jésus dit alors au centurion : « Va, qu’il te soit fait selon ta foi. » À l’heure même, son serviteur se trouva guéri. 14Jésus se rendit alors à la maison de Pierre, dont il trouva la belle-mère au lit avec la fièvre. 15Il lui prit la main, et la fièvre la quitta ; elle se leva et se mit à le servir. 16Le soir venu, on vint lui présenter plusieurs démoniaques. D’un mot il chassa les esprits, et guérit tous les malades. 17Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Isaïe : Il a pris nos infirmités, il s’est chargé de nos maladies (Is 53.4). 18Se voyant au milieu d’une grande foule, Jésus donna l’ordre de passer de l’autre côté du lac. 19À ce moment, un scribe s’approcha : « Maître, dit-il, je te suivrai partout où tu iras. » 20Jésus lui répondit : « Les renards ont leurs tanières, et les oiseaux leurs nids ; mais le Fils de l’Homme n’a pas où reposer la tête. » 21Une autre fois, un de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller ensevelir mon père. » 22Mais Jésus de répondre : « Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. » 23Il monta dans une barque, et ses disciples l’accompagnèrent. 24Soudain se déchaîna sur le lac une si grande tornade que la barque était couverte par les vagues. Cependant, il dormait. 25Les disciples vont à lui, le réveillent : « Seigneur, au secours ! nous périssons ! » 26Et Jésus : « Pourquoi cette peur, gens de peu de foi ? » Alors il se leva, gourmanda les vents et les eaux, et un grand calme se fit. 27Stupéfaits, ils disaient : « Quel est cet homme, à qui obéissent même les vents et les eaux ? » 28Sur l’autre rive du lac, au pays des Gadaréniens, deux démoniaques sortant du cimetière vinrent à sa rencontre ; ils étaient en telle furie que personne n’osait passer par là. 29Et les voici qui se mettent à hurler : « Qu’as-tu à faire avec nous, Fils de Dieu ? Es-tu ici pour nous tourmenter avant l’heure ? » 30Non loin d’eux paissait un gros troupeau de porcs. 31Les démons implorèrent Jésus : « Si tu nous expulses, envoie-nous dans ce troupeau de porcs. » — 32« Allez », dit-il. Ils sortirent et allèrent aux pourceaux. À l’instant, le troupeau tout entier se précipita du haut de la falaise dans le lac, et ils périrent dans les eaux. 33Leurs gardiens prirent la fuite, et s’en furent à la ville conter toute l’histoire et le sort des démoniaques. 34Alors la population sortit au-devant de Jésus ; et dès qu’ils le virent, ils le supplièrent de quitter leur pays. 2La lèpre est une impureté rituelle qui exclut le lépreux de la communauté (voir Lv 13-14) ; sa guérison est envisagée comme une purification. 4Tout lépreux guéri devait faire constater sa guérison par le prêtre. 12Les fils du royaume : les Juifs. 20Fils de l’Homme : cf. Dan 7.13 et note. 28Sur la rive est du lac.

9 1Jésus se rembarqua, repassa le lac, et regagna sa ville. 2Et voilà qu’on tâchait de lui présenter un paralytique étendu sur une civière. Jésus, voyant la foi de ces gens, dit au paralytique : « Courage, mon enfant ! tes péchés sont remis. » 3Sur quoi quelques scribes se dirent : « Cet homme blasphème. » 4Jésus pénétrait leurs pensées. Il leur dit : « Pourquoi pensez-vous le mal dans vos cœurs ? 5Qu’est-il plus aisé de dire : Tes péchés sont remis, ou : Lève-toi et marche ? 6Eh bien, pour vous faire comprendre que le Fils de l’Homme a sur terre le pouvoir de remettre les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ta civière et rentre chez toi. » 7Il se leva et s’en retourna chez lui. 8À cette vue, la foule fut saisie de crainte, et elle remercia Dieu d’avoir donné une telle puissance aux hommes. 9Parti de là, Jésus aperçut un homme installé au bureau du paiement des taxes ; il s’appelait Matthieu. « Suis-moi », lui dit Jésus. L’homme se leva, et le suivit. 10Comme Jésus était à table dans la maison, de nombreux publicains et pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. 11Ce que voyant, les pharisiens dirent aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » 12Jésus l’entendit : « Les gens vigoureux, dit-il, n’ont pas besoin du médecin, mais bien les malades. 13Allez donc apprendre le sens de cette parole : Je désire la miséricorde et non les sacrifices (Os 6.6). Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » 14Alors les disciples de Jean s’adressent à lui : « D’où vient, disent-ils, que nous et les pharisiens pratiquons le jeûne, et pas vos disciples ? » 15Jésus leur dit : « Les invités de la noce peuvent-ils être en deuil tant que l’Époux est avec eux ? Mais viendront des jours où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. 16Personne n’ajuste une pièce de drap neuf à un vieil habit, car le morceau rapporté arrachera le tissu de l’habit, et la déchirure sera pire. 17On ne met pas non plus du vin jeune dans de vieilles outres ; sinon les outres crèvent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin jeune dans des outres neuves, et l’on conserve ainsi l’un et l’autre. » 18Il leur parlait encore, qu’un notable vint se prosterner devant lui : « Seigneur, lui dit-il, ma fille vient de mourir. Mais viens imposer sur elle ta main, et elle revivra. » 19Jésus se leva et le suivit avec ses disciples. 20Or une femme affligée d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et saisit la houppe de son manteau. 21Elle s’était dit : « Si je parviens seulement à saisir son manteau, je suis sauvée. » 22Jésus se retourne, l’aperçoit, et lui dit : « Courage, ma fille, ta foi t’a sauvée. » Et la femme dès lors se trouva guérie. 23Arrivé chez le notable, Jésus aperçut les joueurs de flûte ainsi qu’une foule qui menait grand tapage. 24« Retirez-vous, leur dit-il, cette fillette n’est pas morte ; elle dort. » Eux, se moquaient de lui. 25La foule renvoyée, il entra, prit la petite fille par la main, et elle se leva. 26Cette nouvelle se répandit dans tout le pays. 27Comme Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent en criant : « Fils de David, aie pitié de nous. » 28À son arrivée à la maison, les aveugles vinrent à lui. Jésus leur dit : « Croyez-vous que je puisse faire cela ? » « Oui, Seigneur », firent-ils. 29Alors il leur toucha les yeux en disant : « Qu’il vous soit fait selon votre foi. » 30Aussitôt, leurs yeux s’ouvrirent. Jésus leur dit d’un ton sévère : « Prenez garde que personne ne le sache. » 31Mais à peine sortis, ils répandirent sa renommée dans tout le pays. 32Comme ils s’en allaient, on lui présenta un muet, possédé du démon. 33Le démon expulsé, le muet parla et la foule disait avec admiration : « Jamais rien de semblable ne s’est vu en Israël. » 34Mais les pharisiens disaient : « C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons. » 35Jésus parcourait toutes les villes et les villages ; il enseignait dans les synagogues, proclamait l’Évangile du royaume, et guérissait toute maladie et toute infirmité. 36À la vue des foules, il s’attendrit sur leur sort, parce qu’elles étaient déprimées et abattues comme brebis sans berger. 37Alors il dit à ses disciples : « La moisson est grande, mais les ouvriers rares. 38Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. » 1Sa ville : Capharnaüm, où Jésus habitait. 15Dans ce verset, Jésus se désigne lui-même comme l’Époux, qui inaugure le banquet messianique dont la fin des temps apportera la pleine réalisation. 16Ce morceau va se rétrécir à la première lessive. 20Houppe : voir Mt 23.5 et note. 23La coutume était de manifester le deuil par de la musique funèbre et de bruyantes lamentations. 35Évangile signifie : bonne nouvelle.

10 1Jésus réunit ses douze disciples ; il leur conféra le pouvoir d’expulser les esprits immondes et de guérir toute maladie et toute infirmité. 2Voici les noms des douze apôtres : le premier, Simon, dit Pierre, puis André, son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère ; 3Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; 4Simon le Cananéen et Judas Iscariote, celui qui le trahit. 5Ces douze, Jésus les envoya en mission, avec les instructions suivantes : « N’allez point chez les païens, et n’entrez pas dans une ville de Samaritains ; 6allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. 7Sur votre route, annoncez que le royaume des cieux est proche. 8Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » 9« Vous ne devez vous procurer ni or, ni argent, ni monnaie pour vous garnir la ceinture, 10ni sac pour le voyage, ni deux tuniques, ni chaussures, ni bâton : l’ouvrier mérite son entretien. 11Dans la ville ou le village où vous arriverez, informez-vous s’il s’y trouve quelque personne à même de vous recevoir ; demeurez chez elle jusqu’à votre départ. 12En entrant dans la maison, saluez-la. 13Si cette maison en est digne, votre paix descendra sur elle ; si elle ne l’est pas, votre souhait de paix vous reviendra. 14Si l’on refuse de vous recevoir et d’écouter vos paroles, quittez cette maison ou cette ville en secouant la poussière de vos pieds. 15Oui, vous dis-je, au jour du jugement, il y aura plus d’indulgence pour le pays de Sodome et Gomorrhe que pour cette ville. » 16« Je vous envoie comme des brebis au milieu de loups. Soyez donc prudents comme les serpents, mais simples comme les colombes. 17Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront à leurs tribunaux, ils vous battront de verges dans leurs synagogues. 18À cause de moi, vous serez déférés aux gouverneurs et aux rois ; vous rendrez témoignage devant eux et devant les païens. 19Quand vous serez arrêtés, ne vous tracassez ni de la manière dont vous parlerez, ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire sera inspiré au moment même, 20car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. » 21« Le frère dénoncera son frère pour le faire condamner à mort, et le père son enfant ; les enfants se porteront accusateurs de leurs parents et les feront mettre à mort. 22Vous serez en butte à la haine de tous à cause de mon nom, mais celui qui tiendra jusqu’au bout, celui-là sera sauvé. 23Si l’on vous persécute dans une ville, fuyez dans une autre ; oui, vous dis-je, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël que le Fils de l’Homme sera revenu. » 24« Il n’y a pas de disciple au-dessus de son maître ni de serviteur au-dessus de son patron. 25Il doit suffire au disciple d’être comme son maître, et au serviteur comme son patron. S’ils ont appelé le maître de maison Béelzéboul, combien plus le feront-ils des gens de sa maison ! » 26« Ne les craignez donc point, car il n’y a rien de voilé qui ne vienne au jour, rien de secret qui ne finisse par être connu. 27Ce que je vous dis dans l’obscurité, dites-le au grand jour ; ce qu’on vous dit à l’oreille, publiez-le sur les toits. » 28« Au lieu de craindre ceux qui tuent le corps, sans pouvoir tuer l’âme, craignez Celui qui peut précipiter dans la géhenne corps et âme. 29Deux passereaux ne se vendent-ils pas un sou ? Cependant pas un ne tombe à terre à l’insu de votre Père. 30Vos cheveux même sont tous comptés. 31Ne craignez donc point. Vous valez bien mieux qu’une volée de passereaux. » 32« C’est pourquoi, quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, à mon tour je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les cieux ; 33mais quiconque m’aura renié devant les hommes, à mon tour je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux. » 34« Ne croyez pas que je suis venu apporter la paix sur terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. 35Je suis venu mettre la division entre le fils et son père, entre la fille et sa mère, entre la bru et sa belle-mère ; 36et l’on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. » 37« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi, n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi, n’est pas digne de moi. 38Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. 39Celui qui tentera de sauver sa vie, la perdra : celui qui l’aura perdue à cause de moi, la retrouvera. » 40« Qui vous reçoit, me reçoit ; qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. 41Qui reçoit un prophète en qualité de prophète, recevra une récompense de prophète ; qui reçoit un juste en qualité de juste, recevra une récompense de juste. 42Et quiconque donnera ne fût-ce qu’un verre d’eau fraîche à l’un de ces petits, parce qu’il est mon disciple, oui, je vous le déclare, il ne perdra point sa récompense. » 2Apôtres : d’un mot grec signifiant envoyé, délégué. 2Jacques est aussi surnommé le Majeur. 3Jacques surnommé le Mineur, et Thaddée, aussi appelé Jude, étaient proches parents de Jésus, par leur mère. 4Cananéen ou Zélote : voir Lc 6.15 ; c’est le nom du parti politique de l’indépendance. 4Iscariote : signifie probablement originaire de Cariot Jos 15.25 ; mais on peut aussi le traduire : homme de mensonge ou aussi sicaire, autre appellation des zélotes. 5Samaritains : il existait une vive hostilité entre les Juifs et les Samaritains, d’origine à moitié païenne. Voir 2 Ro 17.24-41. 14Geste signifiant la rupture des relations. 25Nom que les Juifs donnaient au prince des démons. Comparer 2 Ro 1.1-6. 34Sens : « ma venue sera l’occasion de haine entre les hommes, les uns se déclarant pour moi, les autres contre moi. »

11 1Après avoir donné ses instructions à ses douze disciples, Jésus partit pour enseigner et prêcher dans les villes du pays. 2Jean, de sa prison, entendit parler des œuvres du Christ, et lui dépêcha de ses disciples lui demander : 3« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » 4Jésus leur répondit : « Allez raconter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : 5des aveugles recouvrent la vue, des boiteux marchent, des lépreux sont purifiés, des sourds entendent, des morts ressuscitent, l’Évangile est annoncé aux pauvres. 6Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! » 7Comme ils s’en retournaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? 8Qu’êtes-vous donc allés voir ? Un homme vêtu d’habits délicats ? Mais ceux qui portent des habits délicats se trouvent dans les palais royaux. 9Mais encore, pourquoi êtes-vous allés ? Pour voir un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. 10C’est celui dont il est écrit : Voici que j’envoie mon messager devant toi te préparer la route (Mal 3.1). 11Oui, vous dis-je, parmi les enfants des femmes, il n’en est point paru de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. 12Depuis l’époque de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est malmené, et les violents le saccagent. 13Car tous les Prophètes et la loi ont eu la parole jusqu’à Jean. 14Et, si vous voulez comprendre, c’est lui, cet Élie qui devait revenir. 15À bon entendeur d’entendre. » 16« À qui vais-je comparer cette race ? Elle ressemble à des enfants assis au marché et qui crient à leurs compagnons : 17Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ; nous avons chanté des complaintes, et vous ne vous êtes pas lamentés. 18Jean est venu : il s’abstenait de boire et de manger ; l’on a dit : Il est possédé d’un démon. 19Le Fils de l’Homme vient, il mange et il boit ; et l’on dit : C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des pécheurs. Mais la Sagesse a été reconnue juste à ses œuvres. » 20Alors Jésus se répandit en reproches contre les villes où il avait fait le plus grand nombre de ses miracles, à cause de leur refus de se repentir : 21« Hélas pour toi, Corazin ! Hélas pour toi, Bethsaïde ! si l’on avait fait à Tyr et à Sidon les miracles accomplis chez vous, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties sous le sac et la cendre. 22Il y aura, vous dis-je, au jour du jugement, moins de rigueur pour Tyr et pour Sidon que pour vous ! 23Et toi, Capharnaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ? Non, tu crouleras jusqu’au séjour des morts ! Car si l’on avait fait à Sodome les miracles accomplis chez toi, elle subsisterait encore en ce jour. 24Il y aura, vous dis-je, au jour du jugement, moins de rigueur pour le pays de Sodome que pour toi ! » 25Vers ce temps-là, Jésus prit la parole en ces termes : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tout en cachant ces choses aux sages et aux avisés, tu les aies découvertes aux tout petits. 26Oui, Père, je te bénis de ce que tel ait été ton bon plaisir. 27Toutes choses m’ont été remises par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler. » 28« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau : Je vous soulagerai. 29Prenez mon joug sur vous, et recevez ma doctrine, puisque je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos de vos âmes : 30mon joug est commode, et mon fardeau léger. » 7Un roseau : un homme faible et inconstant. 12Allusion probable à l’opposition faite à l’Évangile depuis l’emprisonnement de Jean-Baptiste. Autre traduction : le Royaume des cieux est emporté de force, et les violents s’en emparent. Il s’agit alors de la volonté résolue de ceux qui cherchent le Royaume de tout leur coeur (cf. Mt 7.13 ; Mt 10.34-39). 14Selon un oracle du prophète Malachie (Mal 3.23), Élie devait revenir sur terre avant le Messie. Jésus fait entendre aux Juifs que cet oracle est accompli, car Jean-Baptiste a rempli le rôle d’Élie. 21Corazin, Bethsaïde : villes sises au nord du lac de Tibériade. 27Ce passage a un style très proche de celui de l’Évangile de Jean, notamment par son insistance sur la filiation divine de Jésus.

12 1Vers ce temps-là, Jésus traversait, un jour de sabbat, les champs de blé. Ses disciples avaient faim, et se mirent à cueillir des épis et à manger. 2Ce que voyant, les pharisiens lui dirent : « Voilà tes disciples en train de faire une chose interdite durant le sabbat. » 3Jésus répondit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu’il eut faim, lui et ses gens ? 4Il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains d’oblation. Or, ni lui ni ses gens n’avaient le droit de manger ces pains réservés aux seuls prêtres. 5N’avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les prêtres violent le repos sabbatique dans le temple sans culpabilité. 6Or, je vous le déclare, il y a ici plus grand que le temple. 7Si vous aviez compris le sens de cette parole : Je désire la miséricorde et non les sacrifices (Os 6.6), vous ne condamneriez pas les innocents. 8Car le Fils de l’Homme est maître même du sabbat. » 9Quittant cet endroit, Jésus entra dans leur synagogue. 10Il se trouvait là un homme qui avait la main raide. Ils posèrent à Jésus la question : « A-t-on le droit de guérir le jour du sabbat ? » C’était afin de pouvoir l’accuser. 11Il répondit : « En est-il un parmi vous dont l’unique brebis tombe dans un trou le jour du sabbat, qui n’ira l’y reprendre et l’en retirer ? 12L’homme ne vaut-il pas beaucoup mieux qu’une brebis ? On a donc le droit de faire du bien le jour du sabbat. » 13Alors il dit à l’homme : « Étends la main. » Il l’étendit, et elle redevint saine comme l’autre. 14Mais une fois sortis, les pharisiens se concertèrent sur le moyen de le faire périr. 15Jésus l’apprit, et s’éloigna de ces lieux.Une grande foule le suivit, et il guérit tous leurs malades. 16Mais il leur défendit formellement d’en parler. 17Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Isaïe : 18Voici mon serviteur que j’ai choisi, mon bien-aimé en qui mon âme a mis toute son affection. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, et il annoncera la justice aux païens. 19Il ne contestera ni ne criera ; on n’entendra pas sa voix sur les places publiques. 20Il ne brisera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui fume encore, jusqu’à ce qu’il ait fait triompher la justice. 21En son nom les nations païennes mettront leur espérance (Is 42.1-4). 22Alors on lui présenta un possédé aveugle et muet ; il le guérit, si bien que le muet parlait et voyait. 23La foule entière, stupéfaite, disait : « N’est-ce point là le Fils de David ? » 24Mais à cela les pharisiens répondaient : « Ce n’est que par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il les expulse. » 25Mais Jésus pénétrait leurs pensées. Il leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même se dépeuple ; toute ville, toute maison divisée contre elle-même ne peut subsister. 26Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même ; comment donc son règne subsistera-t-il ? 27Et si moi j’expulse les démons par Béelzéboul, par qui vos gens les chassent-ils ? Ils seront donc eux-mêmes vos juges. 28Mais si j’expulse les démons par l’Esprit de Dieu, eh bien c’est que le royaume de Dieu est venu pour vous. 29Comment quelqu’un peut-il pénétrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans ligoter le gaillard au préalable ? Alors il pillera sa maison. 30Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui n’amasse pas avec moi disperse. » 31« C’est pourquoi je vous le dis : Tout péché, tout blasphème pourra être pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne peut être pardonné. 32Quiconque aura parlé contre le Fils de l’Homme, il lui sera pardonné ; mais si l’on parle contre le Saint-Esprit, l’on n’aura de pardon ni dans ce monde, ni dans le monde à venir. » 33« Ou bien vous devez trouver l’arbre bon et son fruit bon, ou bien trouver l’arbre mauvais et son fruit mauvais, puisque c’est au fruit qu’on juge l’arbre. 34Engeance de vipères, méchants comme vous êtes, comment pourriez-vous dire des choses bonnes ? Car ce qui déborde du cœur jaillit aux lèvres. 35L’homme de bien tire de son trésor de bonnes choses ; le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. 36Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute vaine parole qu’ils auront proférée. 37Car c’est sur tes paroles que tu seras justifié ; c’est sur tes paroles que tu seras condamné. » 38Alors quelques scribes et pharisiens prirent la parole : « Maître, lui dirent-ils, nous voudrions te voir faire un miracle. » 39Il leur répondit : « Cette engeance perverse et infidèle demande un signe : il ne lui en sera donné d’autre que celui du prophète Jonas. 40De même que Jonas demeura trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, le Fils de l’Homme demeurera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. 41Au jour du jugement, les gens de Ninive vont ressusciter avec cette race et la faire condamner, parce qu’ils ont fait pénitence à la voix de Jonas. Or, voici plus que Jonas ! 42Au jour du jugement, la reine du Midi va ressusciter avec cette race et la faire condamner, parce qu’elle est venue des confins de la terre entendre la sagesse de Salomon. Or, voici plus que Salomon ! » 43« Quand l’esprit impur est sorti d’un homme, il hante les lieux arides, en quête d’un repos qu’il ne trouve point. 44Il dit alors : Je vais regagner la maison d’où je viens. À son retour, il la trouve déblayée, balayée, en bel ordre. 45Il s’en va quérir alors sept autres esprits plus méchants que lui ; puis ils entrent dans cette maison, s’y établissent, et la condition finale de cet homme devient pire que la première. Tel sera le sort de cette engeance perverse. » 46Jésus parlait encore à la foule, et sa mère et ses frères guettaient dehors l’occasion de lui parler. 47Quelqu’un lui dit : « Ta mère est là dehors ainsi que tes frères : ils désirent te parler. » 48Mais Jésus répondit à cet homme : « Qui est ma mère, qui sont mes frères ? » 49Puis il désigna de la main ses disciples, et ajouta : « Voici ma mère et mes frères. 50Quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux est pour moi un frère, une sœur, une mère. » 2Interdite non comme maraude, mais comme violation du repos du sabbat. 4Nom donné aux pains offerts à Dieu dans le temple et renouvelés chaque semaine en signe d’hommage perpétuel (1 Sa 21.2-7 ; Lv 24.5-9). 28L’expulsion des démons — beaucoup de guérisons sont comprises comme un exorcisme — est un signe de la venue du Royaume de Dieu. 32Se dérober aux signes que Dieu fait par son Christ et la puissance de son Esprit, c’est volontairement ignorer l’appel de Dieu. Par un tel refus, l’homme se place en dehors du Royaume. 35De son trésor : c’est-à-dire de son coeur. 41Ressusciter : autre trad. se porter accusateurs ; de même au v. 42. 42Reine du Midi : voir 1 Ro 10.1-10. 46Frères : ce mot, dans la langue hébraïque, peut désigner aussi — tel est le cas ici — les proches parents ou cousins.

13 1Ce jour-là, Jésus sortit de la maison et alla s’asseoir au bord du lac. 2Mais une telle foule s’assembla autour de lui qu’il dut monter dans une barque. Il s’y assit tandis que la foule se tenait sur le rivage. 3Son discours se développa en une suite de paraboles. 4« Le semeur, dit-il, sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la graine tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent la manger. 5Une autre partie tomba sur le sol pierreux, où elle ne trouva pas beaucoup de terre : elle germa aussitôt parce que la terre était peu profonde ; 6mais à peine le soleil eut-il paru, que, surchauffée, faute de racines, elle sécha. 7D’autres graines tombèrent dans les épines : les épines les étouffèrent. 8D’autres tombèrent dans la bonne terre : elles donnèrent du fruit, l’une cent, l’autre soixante, l’autre trente pour un. 9À bon entendeur d’entendre ! » 10Les disciples s’approchèrent alors pour lui dire : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » 11Jésus répondit : « Parce qu’à vous il est donné de connaître les secrets du royaume des cieux, mais à eux, point. 12À celui qui possède, l’on donnera et il sera dans l’abondance ; mais à celui qui ne possède rien, on ôtera même ce qu’il croit avoir. 13Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans y voir, et qu’ils entendent sans écouter ni comprendre. 14Ainsi s’accomplit pour eux l’oracle du prophète Isaïe : Vous allez entendre de vos oreilles sans comprendre, regarder de vos yeux sans voir ; 15car le cœur de ce peuple s’est épaissi : ils se sont durci les oreilles, ils ont fermé les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, de peur qu’ils ne se convertissent et que je ne les guérisse (Is 6.9-10). 16Mais vous, heureux vos yeux, qui voient ; heureuses vos oreilles, qui entendent ! 17Oui, vous dis-je, bien des prophètes et bien des justes ont souhaité voir ce que vous voyez, et ne l’ont point vu ; entendre ce que vous entendez et ne l’ont point entendu. 18« Vous donc, écoutez le sens de la parabole du semeur : 19Quand un homme entend la parole du royaume et ne la comprend pas, le Malin vient enlever le grain semé dans son cœur ; cet homme, c’est le bord du chemin qui a reçu la graine. 20Le sol pierreux où elle tombe, c’est celui qui, la parole à peine entendue, l’accueille avec joie ; 21mais il n’a pas de racine, il est versatile : survienne une épreuve ou une persécution à cause de la parole, aussitôt il trébuche. 22Le sol qui a reçu la graine parmi les épines représente celui qu a bien entendu la parole, mais chez qui les soucis du monde et la séduction des richesses l’étouffent et la rendent stérile. 23La bonne terre ensemencée, c’est celui qui entend la parole et la comprend : il porte du fruit, tantôt cent, tantôt soixante, tantôt trente pour un. » 24Jésus leur exposa une autre parabole : « Le royaume des cieux est semblable à ceci : Un homme avait semé du bon grain dans son champ. 25Mais à l’heure où reposent les hommes, son ennemi vint semer l’ivraie parmi le froment, et s’en alla. 26Quand la tige eut monté en épi, l’ivraie parut aussi. 27Les serviteurs du propriétaire vinrent lui dire : Maître, n’as-tu pas semé du bon grain dans ton champ ? Comment alors donne-t-il de l’ivraie ? 28C’est, leur dit-il, un ennemi qui a fait cela. Les serviteurs alors de lui dire : Veux-tu ? nous irons l’arracher. 29Non, fit-il ; en arrachant l’ivraie, vous risqueriez d’enlever aussi le froment. 30Laissez-les croître ensemble jusqu’à la moisson. Au temps de la récolte, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, liez-la en gerbes pour la brûler. Vous rentrerez alors le froment dans mon grenier. » 31Jésus leur exposa une autre parabole : « Le royaume des cieux est à comparer à un grain de moutarde : un homme le prend et le sème dans son jardin. 32C’est la plus petite de toutes les semences ; mais quand elle a poussé, elle dépasse les légumes et prend si bien l’allure d’un arbre que les oiseaux viennent s’abriter dans ses branches. » 33Il leur raconta une autre parabole : « Le royaume des cieux est à comparer au levain : une femme le prend et le mêle à trois mesures de farine, et enfin toute la pâte lève. » 34Tout cela, Jésus le disait à la foule sous forme de paraboles ; d’ailleurs il ne lui parlait pas autrement. 35Ainsi s’accomplissait l’oracle prophétique : J’ouvrirai la bouche pour enseigner en paraboles, je révélerai des choses cachées depuis la création (Ps 77.2). 36Alors, il congédia la foule. Puis il regagna la maison, et ses disciples de se grouper autour de lui : « Explique-nous, dirent-ils, la parabole de l’ivraie dans le champ. » 37Il répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’Homme ; 38le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie ce sont les fils du Malin ; 39l’ennemi, qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. 40Et comme on arrache l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-il à la fin du monde. 41Le Fils de l’Homme enverra ses anges qui enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui font le mal, 42et les jetteront dans la fournaise ardente ; là seront les pleurs et les grincements de dents. 43Alors aussi, dans le royaume de leur Père, les justes resplendiront comme le soleil. À bon entendeur d’entendre ! » 44« Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor enfoui dans un champ. Un homme le trouve, puis l’enfouit de nouveau. Tout à la joie, il s’en va vendre tout ce qu’il a pour acheter ce champ. » 45« Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand amateur de perles fines. 46Il en a trouvé une de grand prix, et s’en va vendre tout ce qu’il possède pour l’acheter. » 47« Encore, le royaume des cieux est semblable à un filet jeté dans la mer, et qui ramasse des poissons de toute espèce. 48Quand il est rempli, les pêcheurs le halent sur la grève, puis s’asseyent et trient dans les paniers ce qui est bon en rejetant ce qui ne vaut rien. 49À la fin du monde, il en ira de même : les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes, 50et les jetteront dans la fournaise ardente ; là seront les pleurs et les grincements de dents. 51« Tout est bien compris ? » — « Oui », firent-ils. 52« Ainsi donc, tout scribe versé dans les choses du royaume des cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. » 53Après cet exposé des paraboles, Jésus partit. 54Il se rendit dans sa ville et se mit à enseigner ses concitoyens dans leur synagogue, si bien qu’ils disaient, stupéfaits : « D’où lui viennent cette sagesse et cette puissance miraculeuse ? 55C’est bien le fils du charpentier ! Marie n’est-elle pas sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas ses frères ? 56Toutes ses sœurs vivent au milieu de nous … D’où lui vient donc tout cela ? » 57Et ils étaient perplexes à son sujet. Mais Jésus leur dit : « Un prophète n’est traité sans égard que dans sa patrie et dans sa famille. » 58Et à cause de leur défiance, il n’opéra là que peu de miracles. 12Litt. : ce qu’il a. Voir Mt 25.29 ; Mc 4.25. La prédication de l’Évangile accentue les dispositions, bonnes ou mauvaises, dans lesquelles on l’écoute. 55Ses frères : voir Mt 12.46 et note.

14 1Vers la même époque, le tétrarque Hérode entendit parler de Jésus. 2Il dit à ses officiers : « Ce doit être Jean-Baptiste. Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela que le pouvoir des miracles agit en lui. » 3En effet, Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe. 4Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de la prendre pour femme ! » 5Hérode l’eût volontiers fait mourir, mais il craignait le peuple, pour qui Jean était un prophète. 6Or, à la fête anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et plut à Hérode ; 7aussi lui promit-il avec serment de lui donner tout ce qu’elle demanderait. 8À l’instigation de sa mère elle répondit : « Donne-moi, ici, sur un plateau, la tête de Jean-Baptiste. » 9Le roi fut contrarié ; mais il avait fait le serment devant les convives. Il ordonna donc qu’on la lui remît, 10et envoya décapiter Jean dans sa prison. 11La tête fut apportée sur un plateau et donnée à la jeune fille, qui la remit à sa mère. 12Alors les disciples de Jean vinrent enlever le cadavre et l’ensevelirent. Puis ils allèrent en informer Jésus. 13À cette nouvelle, Jésus partit de là en barque pour se retirer à l’écart dans un endroit sauvage ; mais le peuple l’apprit, et la foule des villes le rejoignit à pied. 14Quand il débarqua, Jésus vit cette foule nombreuse, s’attendrit sur elle, et guérit leurs malades. 15Il se faisait tard. Groupés autour de lui, les disciples lui dirent : « L’endroit est désert, et l’heure avance déjà ; congédie ces gens pour qu’ils aillent s’acheter des vivres dans les villages. » 16Mais Jésus répondit : « Ce n’est pas nécessaire : donnez-leur vous-mêmes à manger. » 17« Mais, lui dirent-ils, nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons. » — 18« Apportez-les-moi », dit-il. 19Il fit alors s’étendre la foule sur l’herbe ; il prit les cinq pains et les deux poissons et, les yeux levés au ciel, il prononça une bénédiction. Rompant ensuite les pains, il les tendit à ses disciples, qui les distribuèrent au peuple. 20Tous mangèrent à satiété ; et des morceaux qui restaient on emporta douze corbeilles pleines. 21Or, sans compter les femmes et les enfants, le nombre des convives s’élevait à cinq mille hommes environ. 22Aussitôt après, Jésus contraignit ses disciples à se rembarquer et à passer avant lui sur l’autre rive, tandis qu’il congédierait la foule. 23Cela fait, il gravit la montagne pour prier à l’écart et, à la tombée de la nuit, il était là, seul. 24Cependant la barque, à bonne distance déjà de la rive, était battue par les flots sous un vent contraire. 25À la quatrième veille de la nuit, Jésus vint à eux, marchant sur le lac. 26Quand les disciples l’aperçurent marchant sur les eaux, ils prirent peur : « C’est un fantôme », disaient-ils, en poussant des cris d’effroi. 27Mais aussitôt Jésus leur parla : « Courage ! dit-il, c’est moi, n’ayez pas peur. » 28Pierre lui adressa la parole : « Eh bien, Seigneur, dit-il, si c’est toi, ordonne que j’aille près de toi sur les eaux ! » — 29« Viens », dit Jésus. Et Pierre sortit de la barque et marcha sur les eaux dans la direction de Jésus. 30Mais devant la violence du vent, il prit peur et, sur le point de couler, il s’écria : « Seigneur, au secours ! » 31Aussitôt Jésus tendit la main et le rattrapa : « Homme de peu de foi, dit-il, pourquoi as-tu douté ? » 32À peine étaient-ils montés dans la barque, le vent tomba. 33Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui en disant : « Tu es véritablement Fils de Dieu. » 34Après la traversée, ils allèrent à Génésareth. 35Les gens de l’endroit le reconnurent et l’envoyèrent dire dans tous les environs. Alors on lui amena tous les malades. 36Ils le priaient de les laisser toucher au moins la frange de son vêtement ; et tous ceux qui la touchèrent furent guéris. 1Hérode : surnommé Antipas, le fils d’Hérode le Grand. — Tétrarque : titre des rois vassaux des Romains en Palestine ; Hérode est tétrarque de Galilée et de Pérée. 3Philippe : fils d’Hérode le Grand et de Mariamme, à distinguer du Philippe cité par Lc 3.1. 22Contraignit : sans doute pour se dérober à l’enthousiasme d’un peuple qui voulait faire de lui le champion de l’indépendance politique (voir Jn 6.15). 25La nuit était partagée en veilles de trois heures chacune, et commençait à 6 heures du soir.

15 1Des pharisiens et des scribes de Jérusalem viennent alors trouver Jésus : 2« De quel droit, disent-ils, tes disciples violent-ils la tradition des anciens ? Ils ne se lavent pas les mains avant les repas. » — 3Et de quel droit, riposta Jésus, vous autres violez-vous le commandement de Dieu, au profit de votre tradition ? 4Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudit père ou mère sera puni de mort (Ex 20.12 ; Ex 21.17). 5Tandis que vous autres, vous dites : Pour peu que l’on déclare à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu vous assister, j’en ai fait offrande à Dieu, 6on n’est pas tenu d’assister autrement son père ou sa mère. Du coup vous annulez, au profit de votre tradition, la parole de Dieu. 7Hypocrites ! Isaïe a joliment bien prophétisé de vous en ces termes : 8Ce peuple m’honore des lèvres ; son cœur est loin de moi. 9Leurs hommages sont vains, puisque les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains (Is 29.13) ! » 10Puis il réunit les assistants : « Écoutez leur dit-il, et comprenez. 11Ce qu’absorbe la bouche ne peut souiller l’homme ; ce que profère la bouche, voilà ce qui peut souiller l’homme. » 12Alors ses disciples s’approchèrent pour lui dire : « Sais-tu que les pharisiens ont fort mal pris cette parole qu’ils viennent d’entendre ? » 13Il répondit : « Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste, sera déracinée. 14Laissez-les ; ce sont des aveugles qui guident des aveugles ; or, quand un aveugle en conduit un autre, ils tombent tous deux dans le fossé. » 15Pierre prit alors la parole : « Explique-nous, dit-il, cette parabole. » 16Et Jésus dit : « Êtes-vous donc encore, vous aussi, spirituellement bornés ? 17Comment n’y songez-vous pas ? Tout ce qu’absorbe la bouche passe dans le ventre et s’évacue aux lieux d’aisance. 18Mais ce que profère la bouche vient du cœur et c’est cela qui peut souiller l’homme. 19Du cœur, en effet, proviennent les pensées malhonnêtes : meurtres, adultères, dévergondages, vols, faux témoignages, calomnies. 20Voilà ce qui souille l’homme ; quant à manger sans se laver les mains, non, cela ne souille point l’homme. » 21Jésus partit de là se retirer dans les environs de Tyr et Sidon. 22Et voilà qu’une Cananéenne, originaire de ce pays, s’écria : « Seigneur, Fils de David, aie pitié de moi ! Ma fille est cruellement tourmentée par un démon. » 23Jésus ne répondit mot. Et ses disciples vinrent lui dire avec insistance : « Renvoie-la ; elle nous poursuit de ses cris. » 24Il répondit : « Ma mission se borne aux brebis perdues de la maison d’Israël. » 25Mais alors cette femme vint se prosterner devant lui en disant : « Seigneur, secours-moi ! » 26Il répondit : « Il ne convient pas de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens. » — 27« Assurément, Seigneur, reprit-elle, du moins les petits chiens mangent-ils les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » 28Alors Jésus lui dit : « Ô femme, grande est ta foi ! Qu’il te soit fait comme tu le souhaites. » À l’heure même, sa fille fut guérie. 29Jésus quitta ce pays et revint au bord de la mer de Galilée. Il gravit une colline et s’assit. 30Alors des foules nombreuses s’approchèrent de lui ; elles amenèrent avec elles des boiteux, des estropiés, des aveugles, des muets et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds et il les guérit ; 31aussi bien les gens étaient-ils dans l’admiration au spectacle de ces muets qui parlaient, de ces estropiés guéris, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils glorifiaient le Dieu d’Israël. 32Jésus réunit cependant ses disciples : « J’ai pitié de cette foule, dit-il : Voilà trois jours qu’ils s’attachent à moi, et ils n’ont plus rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur qu’ils ne défaillent en chemin. » 33Les disciples lui dirent : « Comment nous procurer dans ce lieu désert assez de pain pour rassasier une telle multitude ? » 34Jésus leur demande : « Combien de pains avez-vous ? » — « Sept, répondirent-ils, et quelques petits poissons. » 35Alors, il fit asseoir la foule à terre, 36prit les sept pains et les poissons, et prononça une bénédiction. Puis il les rompit et les tendit aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. 37Tous mangèrent à satiété, et des morceaux qui restaient on emporta sept paniers remplis. 38Or, sans compter les femmes et les enfants, le nombre des convives s’élevait à quatre mille hommes. 39Alors Jésus congédia la foule, se rembarqua, et se rendit au pays de Magadan. 5C’était une coutume juive de faire à Dieu, d’un simple mot, offrande d’un bien quelconque : ce bien était alors considéré comme sacré. Plus personne n’y avait droit. Cette façon de faire servait de prétexte à certains pour ne pas assister leurs parents dans le besoin. 12Car Jésus éliminait ainsi toutes leurs distinctions entre aliments purs et impurs et n’accordait d’importance qu’à l’impureté du coeur, non à l’impureté légale. 15Parabole : la comparaison entre les aliments et les pensées (v. 11). 24Jésus considère ici que sa mission personnelle se limitait au monde juif (cf. Mt 10.6). 31Ils reconnaissaient à ce spectacle l’ère messianique décrite par Isaïe Is 35.5-6 et en rendaient gloire à Dieu.

16 1Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus pour le mettre à l’épreuve. Ils lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel. 2Il leur répondit : « Le soir, vous dites : Beau temps, le ciel est de feu. 3Le matin, vous dites : Aujourd’hui c’est de l’orage, le ciel est rouge sombre. 4Ainsi vous savez interpréter l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps ! engeance perverse et infidèle qui réclame un signe ! Il ne lui en sera pas donné d’autre que celui de Jonas. » Puis il les laissa et s’en fut. 5En passant sur l’autre rive du lac, les disciples avaient oublié d’emporter du pain. 6Quand Jésus donc leur dit : « Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens », 7ils pensèrent : « C’est que nous n’avons pas pris de pain. » 8Jésus s’en rendit compte : « Pourquoi vous préoccuper de n’avoir pas de pain, dit-il, gens de peu de foi ? 9Êtes-vous encore bornés ? Ne vous rappelez-vous plus les cinq pains des cinq mille hommes, et combien de corbeilles vous avez emportées, 10et les sept pains des quatre mille hommes, et combien de paniers vous avez emportés ? 11comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas de pain que je parlais quand je vous ai dit : Gardez vous du levain des pharisiens et des sadducéens ? » 12Alors ils comprirent que Jésus ne les avait pas mis en garde contre le levain du pain, mais contre la doctrine des pharisiens et des sadducéens. 13Arrivé sur le territoire de Césarée de Philippe, Jésus questionna ses disciples : « Au dire des gens, dit-il, qui est le Fils de l’Homme ? » 14Ils répondirent : « Pour les uns, c’est Jean-Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, Jérémie ou l’un des prophètes. » — 15« Et pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? » 16Simon-Pierre prit la parole : « Tu es le Christ, dit-il, le Fils du Dieu vivant ! » 17Alors Jésus prit la parole à son tour et lui dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux. 18Et moi, je te déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. 19Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » 20Puis il enjoignit à ses disciples de ne dire à personne qu’il était le Christ. 21Dès lors, Jésus entreprit de montrer à ses disciples qu’il devait aller à Jérusalem, et y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être mis à mort, et ressusciter le troisième jour. 22Pierre alors le prit à part et se mit en devoir de protester en ces termes : « À Dieu ne plaise, Seigneur ; cela ne t’arrivera pas ! » 23Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : « Marche derrière moi, Satan ! Tu m’es un scandale : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » 24Ensuite Jésus dit à ses disciples : « Si l’on veut venir à ma suite, il faut renoncer à soi-même, prendre sa croix, et me suivre ainsi. 25Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra ; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la recouvrera. 26Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il vient à gâcher sa vie ? Ou que donnerait un homme en échange de sa vie ? 27Car le Fils de l’Homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses œuvres. 28Oui, vous dis-je, plusieurs de ceux qui sont ici ne connaîtront point la mort, qu’ils n’aient vu le Fils de l’Homme revenir dans la majesté de son règne. » 4Les signes des temps : l’expression désigne, dans la bouche de Jésus, les miracles qu’il a opérés. Ils sont signes de ce que le Royaume de Dieu s’est approché. 5L’autre rive : la rive orientale. 13Césarée de Philippe : près des sources du Jourdain, au nord-est de la Palestine, restaurée par le tétrarque Philippe cité en Lc 3.1. 17La chair et le sang : les lumières humaines de la raison. 18Pierre : selon Jn 1.42, Jésus a donné ce surnom à Simon lorsqu’il le rencontra pour la première fois. 19Les clefs sont dans la Bible le symbole de la souveraineté (cf. Is 22.22 ; Apoc 3.7) ; Jn 21.15-16 utilisera l’image du pasteur. — Lier et délier : défendre et permettre, condamner et absoudre. 23Pierre a exprimé une espérance courante du messianisme juif : le Messie sera un sauveur triomphant qui ne doit pas passer par la mort. Jésus repousse avec violence cette pensée qui est un scandale, une tentation. 28Plutôt qu’une spéculation proprement chronologique sur la venue prochaine de la fin du monde, il faut retenir de ce texte que Jésus a montré durant sa vie un sens aigu de la proximité du salut définitif.

17 1Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère et les conduisit à l’écart sur une haute montagne. 2Et il fut transfiguré devant eux : son visage prit l’éclat du soleil, ses vêtements devinrent lumineux de blancheur. 3Et voici que Moïse et Élie leur apparurent s’entretenant avec lui. 4Pierre prit alors la parole : « Seigneur, dit-il, c’est heureux que nous soyons ici ; veux-tu, je vais faire ici trois abris, un pour toi, un pour Moïse et un pour Élie. » 5Il parlait encore qu’une nuée lumineuse les vint couvrir ; et de cette nuée une voix disait : « Voici mon Fils bien-aimé ; j’ai mis en lui toute mon affection : écoutez-le. » 6À ces mots, les disciples tombèrent face contre terre, saisis d’effroi. 7Mais Jésus s’approcha d’eux, les toucha et leur dit : « Levez-vous, n’ayez pas peur. » 8Ils levèrent les yeux et ne virent plus que Jésus seul. 9Pendant qu’ils descendaient de la montagne, Jésus leur fit cette défense : « vous ne raconterez à personne ce que vous venez de voir, avant que le Fils de l’Homme ne soit ressuscité des morts. » 10Ensuite les disciples lui posèrent la question : « Alors, pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit revenir d’abord ? » 11Il répondit : « Élie sans doute doit revenir, et rétablir toutes choses. 12À vrai dire, toutefois, Élie est déjà revenu : Mais, sans le reconnaître, les gens lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et c’est de la même manière qu’ils s’apprêtent à traiter le Fils de l’Homme. » 13Alors les disciples comprirent qu’il leur avait parlé de Jean-Baptiste. 14Ils rejoignirent la foule, là, un homme s’approcha d’eux, et se jeta à genoux devant lui 15en disant : « Seigneur, aie pitié de mon fils ! Il est lunatique et va très mal : il se jette dans le feu, il se jette à l’eau. 16Je l’ai présenté à tes disciples, mais ils n’ont pu le guérir. » 17Jésus répondit : « Engeance incrédule et perverse, jusques à quand resterai-je avec vous ? Jusques à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi ici ! » 18Puis il menaça le démon ; celui-ci sortit de l’enfant, qui fut guéri dès ce moment. 19Alors les disciples vinrent le questionner en particulier : « Pourquoi n’avons-nous pu expulser ce démon. » — 20« À cause de votre manque de foi, répondit-il. Oui, vous dis-je, si vous aviez de la foi, gros comme un grain de moutarde, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d’ici là, qu’elle le ferait ; rien ne vous serait impossible. 21(Quant à cette sorte de démons, elle ne se laisse expulser qu’à force de prière et de jeûne.) » 22Tandis qu’ils faisaient route en Galilée, Jésus leur dit : « Le Fils de l’Homme doit être livré entre les mains des hommes ; 23ils le feront mourir, mais le troisième jour il ressuscitera. » Ils en furent profondément affligés. 24Lorsqu’ils furent rentrés à Capharnaüm, ceux qui percevaient l’impôt du didrachme vinrent trouver Pierre, et lui dirent : « Votre maître ne paie-t-il pas les didrachmes ? » 25« Si, dit Pierre, il les paie. » Mais quand ils furent entrés à la maison, Jésus le prévint : « Que t’en semble, Simon ? dit-il. Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils les tributs ou les impôts ? De leurs fils ou des étrangers ? » 26Sur sa réponse : « Des étrangers », Jésus reprit : « Les fils en sont donc exempts. 27Mais il ne faut pas les scandaliser. Va donc à la mer, jette l’hameçon, et du premier poisson que tu prendras, tu ouvriras la bouche : tu y trouveras un statère. Prends-le et donne-le-leur pour moi et pour toi. » 3Moïse représente la Loi, Élie les Prophètes. C’est donc, à travers eux, la première Alliance tout entière qui vient authentifier le fondateur de la nouvelle Alliance. 10Cette opinion s’appuie sur Mal 3.23 et était très répandue dans le judaïsme contemporain de Jésus. 15Lunatique : un épileptique, qu’on croyait alors être sous l’influence de la lune. 21Le v. 21 ne figure pas dans les meilleurs manuscrits. 24Tout Israélite payait annuellement un impôt de 2 drachmes, destiné à subvenir aux frais du temple. 27Pièce d’argent équivalant à 4 drachmes.

18 1À ce moment les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui est le plus grand dans le royaume des cieux ? » 2Jésus fit signe à un petit enfant, le mit devant eux, et dit : 3« Oui, je vous le déclare, si vous ne redevenez comme de petits enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. 4Celui-là donc qui se fera petit comme cet enfant, sera le plus grand dans le royaume des cieux. 5Celui qui reçoit en mon honneur un tel enfant, me reçoit. 6Mais si quelqu’un fait tomber dans le péché l’un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui suspendît au cou la meule d’un moulin, et qu’on le précipitât au fond de la mer. » 7« Hélas pour le monde à cause des scandales ! Ils sont inévitables ; mais hélas pour l’homme qui les cause ! 8Si donc ta main ou ton pied te fait tomber dans le péché, coupe-les, et jette-les loin de toi : mieux vaut pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d’avoir deux pieds et deux mains et d’être jeté dans le feu éternel. 9Si ton œil te fait tomber dans le péché, arrache-le et jette-le loin toi toi : mieux vaut pour toi être borgne et entrer dans la vie, qu’être jeté avec tes deux yeux, dans le feu de la géhenne. » 10« Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits ; car je vous dis que leurs anges dans le ciel contemplent sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux. 11(Car le Fils de l’Homme est venu sauver ce qui était perdu.) » 12« Que vous en semble ? Un homme a cent brebis : L’une d’elles s’égare. Ne laisse-t-il pas dans la montagne les nonante-neuf autres, pour aller à la recherche de celle qui s’est égarée ? 13S’il la retrouve, oui, je vous le déclare, il en a plus de joie que des nonante-neuf qui ne se sont pas égarées. 14De même, ce n’est pas la volonté de votre Père céleste, que se perde un seul de ces petits. » 15« Si ton frère vient à mal agir (envers toi), va lui montrer ses torts seul à seul : s’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. 16S’il ne t’écoute pas, recours à l’assistance d’un ou deux personnes. Ainsi toute affaire se réglera sur l’avis de deux ou trois témoins. 17S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, tu pourras le traiter comme un païen et un publicain. 18Oui, je vous le déclare, tout ce que vous aurez lié sur terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur terre sera délié dans le ciel. » 19« Et je vous dis encore en vérité : Si deux d’entre vous sur terre s’accordent pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est dans les cieux. 20Car là où deux ou trois se réunissent en mon nom, je suis au milieu d’eux. » 21Alors Pierre s’approcha de lui : « Seigneur, dit-il, quand mon frère agit mal envers moi, combien de fois vais-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » 22Jésus répondit : « Non pas jusqu’à sept fois, te dis-je, mais jusqu’à septante fois sept fois. » 23« C’est pourquoi, il en est du royaume des cieux comme d’un roi qui voulut faire rendre leurs comptes à ses serviteurs. 24Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents. 25Comme il était insolvable, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants et tous ses biens pour acquitter sa dette. 26Ce serviteur alors, prosterné à terre devant lui, le supplia : Accorde-moi un délai, et je te paierai le tout ! 27Ému de compassion, le maître le laissa partir, quitte de sa dette. 28Or, à peine sorti, voilà qu’il rencontre un de ses compagnons de service, qui lui devait cent deniers. Il lui saute à la gorge, et l’étrangle presque, en disant : Paie ce que tu me dois ! 29L’autre tombe à ses pieds et le conjure : Donne-moi un délai, dit-il, et je te rembourserai. 30Mais sans rien vouloir entendre, cet homme le fit mettre en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé sa dette. 31À cette vue, les autres serviteurs, profondément affligés, s’en vinrent conter à leur maître ce qui se passait. 32Le maître alors le convoqua : Vaurien, lui dit-il, je t’avais remis la totalité de ta dette, parce que tu m’en avais supplié. 33Ne te fallait-il pas à ton tour avoir pitié de ton compagnon de service, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ? 34Et le maître, indigné, le livra aux exécuteurs, jusqu’à l’extinction de toute sa dette. » 35« C’est ainsi que vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frère, de tout son cœur. » 9Sens : il faut savoir impitoyablement sacrifier toute cause de péché, fût-elle un objet ou une personne à laquelle nous tiendrions comme à nos propres membres. 16Voir Jn 19.15. 22C’est-à-dire : il faut toujours pardonner. 24Dix mille talents : une fortune considérable. 28Cent deniers : une somme dérisoire par rapport aux dix mille talents remis.

19 1Après ces discours, Jésus quitta la Galilée pour gagner le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. 2Une grande foule le suivit, et il guérit leurs malades. 3Les pharisiens l’abordèrent pour le mettre à l’épreuve : « Un homme a-t-il le droit de répudier sa femme pour n’importe quel motif ? » lui demandèrent-ils. 4Il répondit : « N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, les fit homme et femme, et dit : 5C’ est pourquoi, l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme ; et les deux ne feront qu’une seule chair ? 6Ainsi donc, ils ne sont plus deux mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a conjoint, que l’homme ne le sépare pas ! » 7Ils lui disent : « Mais alors, pourquoi Moïse a-t-il prescrit, pour répudier la femme, de lui donner un acte de divorce ? » — 8« C’est, leur dit-il, en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n’en était pas ainsi. 9Or je vous le déclare, celui qui répudie sa femme, (sauf en cas d’union irrégulière), et en épouse une autre, commet l’adultère ; et celui qui épouse une femme répudiée, commet aussi l’adultère. » 10Ses disciples lui dirent : « Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas intéressant de se marier ! » 11Il répondit : « Tout le monde n’accepte pas cette règle, mais bien ceux qui en ont reçu le don. 12Car s’il y a des eunuques nés tels du sein de leur mère, s’il y a des eunuques rendus tels par la main des hommes, il en est aussi qui se sont eux-mêmes rendus tels pour le royaume des cieux. Qui peut comprendre, comprenne. » 13Alors, on lui présenta de petits enfants afin qu’il leur imposât les mains et priât pour eux. Mais les disciples les rabrouaient. 14Jésus leur dit : « Laissez ces petits enfants ; ne les empêchez pas de venir à moi ; c’est à leurs pareils qu’appartient le royaume des cieux. » 15Il leur imposa les mains et continua sa route. 16Quelqu’un s’approcha de lui : « Maître, dit-il, que pourrais-je faire de bon pour gagner la vie éternelle ? » Jésus lui dit : 17« Pourquoi me questionnes-tu sur le bien à faire ? Un seul est bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » — 18« Lesquels ? » lui dit-il. Jésus répondit : « Tu ne tueras point ; tu ne commettras point d’adultère ; tu ne voleras point ; tu ne porteras point de faux témoignage ; 19honore ton père et ta mère ; tu aimeras ton prochain comme toi-même. » 20Le jeune homme lui dit : « J’ai observé tout cela ; que me manque-t-il encore ? » — 21« Si tu veux être parfait, dit Jésus, va vendre tes biens, donne-les aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. » 22Entendant ces paroles, le jeune homme s’en alla tout triste : il avait de grandes propriétés. 23Et Jésus dit alors à ses disciples : « Oui, vous dis-je, il est difficile pour un riche d’entrer dans le royaume des cieux ! 24Je vous le répète : un chameau s’introduit plus aisément dans un chas d’aiguille, qu’un riche dans le royaume de Dieu. » 25À ces mots, les disciples dirent avec stupéfaction : « Qui donc peut être sauvé ? » 26Jésus les regarda, et dit : « Aux hommes cela est impossible ; mais à Dieu tout est possible. » 27Pierre prit alors la parole : « Vois ! dit-il, nous autres, nous avons tout quitté pour te suivre ; que nous en reviendra-t-il ? » 28Jésus leur dit : « Oui, je vous le déclare : au jour de la renaissance du monde, quand le Fils de l’Homme siégera sur le trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez de même sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël. 29Et quiconque aura laissé pour moi, maisons, frères, sœurs, père, mère, enfants, ou terres, recevra le centuple et possédera la vie éternelle. » 30« Bien des premiers seront derniers, et des derniers premiers. » 5Voir Gn 2.24 — Une seule chair : un seul être. 7Voir Dt 24.1. 9Sauf en cas d’union irrégulière : voir Mt 5.32 et la note. 12Sens : ils ont choisi de ne pas se marier. 19Voir Ex 20.12-16 ; Dt 5.16-20 ; Lv 19.18.

20 1« En effet, il en va du royaume des cieux comme d’un propriétaire qui sortit de grand matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. 2Il convint avec eux d’un denier par jour, et les envoya travailler à sa vigne. 3Vers la troisième heure, il sortit encore, en vit d’autres en train de flâner sur la place, 4et leur dit : Allez, vous aussi, travailler à ma vigne et je vous donnerai juste salaire. 5Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième heure et vers la neuvième, et fit de même. 6Sorti enfin vers la onzième heure, il en trouva d’autres encore désœuvrés sur la place : Pourquoi, leur dit-il, rester ici à chômer toute la journée ? 7Ils répondirent : Personne ne nous a embauchés. — Allez, leur dit-il, vous aussi, travailler à ma vigne. 8« Le soir vint. Le propriétaire de la vigne dit à son régisseur : Fais venir les ouvriers ; paie-les, en allant des derniers aux premiers. 9Les hommes embauchés à la onzième heure vinrent, et reçurent un denier par tête. 10Quand les premiers se présentèrent, ils s’attendaient à toucher davantage ; mais ils reçurent également un denier par tête. 11Et en le recevant, ils murmuraient contre le propriétaire : 12Ces derniers, disaient-ils, n’ont travaillé qu’une heure, et tu les traites comme nous qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur. 13Le maître avisa l’un d’eux : Mon ami, dit-il, je ne te fais point de tort ; ne sommes-nous pas convenus d’un denier ? 14Prends ce qui te revient et va-t’en. Il me plaît de donner à ce dernier autant qu’à toi. 15N’aurais-je peut-être pas le droit de disposer de mon bien comme il me plaît ? Vois-tu d’un mauvais œil que je suis bon ? 16« Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront derniers. (Beaucoup sont appelés, peu sont choisis.) » 17Sur le point de monter à Jérusalem, Jésus prit à part les Douze. Il leur dit, chemin faisant : 18« Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’Homme va être livré aux grands prêtres et aux scribes. Ils vont le condamner à mort, 19et le livrer aux païens pour être exposé à leurs moqueries, flagellé, crucifié ; mais le troisième jour, il ressuscitera. » 20À ce moment, la mère des fils de Zébédée vint le trouver avec ses fils, en se prosternant pour lui demander quelque chose. 21« Que désires-tu ? » lui dit-il. Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent à ta droite et à ta gauche dans ton royaume. » 22Mais Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que bientôt je vais boire ? » — « Oui, dirent-ils, nous le pouvons. » — 23« Soit, leur dit-il, vous boirez ma coupe ; quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder ; ces places reviennent à ceux à qui mon Père les réserve. » 24Les dix autres, qui avaient tout entendu, manifestèrent leur indignation contre les deux frères. 25Mais Jésus les appela : « Vous le savez, dit-il, chez les païens, les chefs leur font sentir leur domination, et les supérieurs font valoir sur eux leur autorité. 26Il ne doit pas en être ainsi parmi vous. Bien au contraire, chez vous, celui qui veut être grand sera votre serviteur 27et celui qui veut être le premier sera votre esclave, 28tout comme le Fils de l’Homme n’est pas venu se faire servir, mais servir et donner sa vie en rançon pour une multitude. » 29Comme le groupe sortait de Jéricho, une grande foule suivit Jésus. 30Deux aveugles, assis au bord du chemin, apprenant que Jésus passait, se mirent à crier : « Seigneur, Fils de David, aie pitié de nous ! » 31La foule les invectivait pour les faire taire, mais ils crièrent de plus belle : « Seigneur, Fils de David, aie pitié de nous ! » 32Jésus s’arrête, les appelle : « Que voulez-vous que je vous fasse ? » dit-il. 33« Seigneur, lui dirent-ils, que nos yeux s’ouvrent ! » 34Jésus s’attendrit, toucha leurs yeux ; instantanément ils recouvrèrent la vue, et marchèrent à sa suite. 3La 3ème heure : 9 heures. Les anciens comptaient les 12 heures du jour à partir de 6 heures du matin. 16La seconde partie de ce verset ne figure pas dans un grand nombre de manuscrits. Elle trouve sa place en Mt 22.14. 20Fils de Zébédée : Jacques et Jean ; cf. Mt 4.21. 22La coupe symbolise les souffrances.

21 1Ils approchèrent de Jérusalem. Quand ils eurent atteint Bethphagé, vers le mont des Oliviers, Jésus dépêcha deux de ses disciples. 2« Allez au village d’en face, leur dit-il, vous y trouverez dès l’abord une ânesse à l’attache avec un ânon ; détachez-les et amenez-les-moi. 3Si l’on vous dit quelque chose, répondez que le Seigneur en a besoin, mais qu’il les renverra sans retard. » 4Ainsi dans ces événements s’accomplissait l’oracle du prophète : 5Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi, plein de douceur, monté sur une ânesse, sur un ânon, le petit de celle qui porte le joug (Zac 9.9). 6Les disciples allèrent donc exécuter l’ordre de Jésus. 7Ils amenèrent l’ânesse et l’ânon, les couvrirent de leurs vêtements, et Jésus s’assit dessus. 8Alors une foule énorme de gens étendirent leurs vêtements sur la route ; on coupait des branches aux arbres et on en jonchait la route. 9Et toute cette foule, devant et derrière lui, criait : « Hosanna au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ; hosanna au plus haut des cieux ! » 10Quand il entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi, et l’on disait : « Qui est-ce ? » 11La foule répondait : « C’est Jésus, le prophète de Nazareth en Galilée. » 12Jésus entra dans le temple ; il en chassa tous ceux qui vendaient ou qui s’y livraient au commerce ; il renversa les comptoirs des changeurs et les sièges des marchands de pigeons. 13Il leur dit : « Il est écrit : Ma maison doit être une maison de prière (Is 56.7) ; mais vous en faites, vous, un repaire de voleurs (Jér 7.11). » 14Des aveugles et des boiteux vinrent à lui dans le temple et il les guérit, 15à l’indignation des grands prêtres et des scribes qui assistaient à ses miracles et entendaient les enfants crier dans le temple : « Hosanna au Fils de David ! » 16Ils lui dirent : « Entendez-vous ce qu’ils crient ? » — « Parfaitement, répondit Jésus. N’avez-vous jamais lu ces paroles : De la bouche des enfants et des nourrissons vous avez tiré votre louange (Ps 8.3). » 17Puis il les laissa, sortit de la ville et se rendit à Béthanie pour y loger. 18Le matin, retournant en ville, il eut faim. 19Apercevant un figuier au bord du chemin, il s’en approcha, mais n’y trouva rien que des feuilles. « Que jamais plus, lui dit-il, aucun fruit ne pousse sur toi ! » Instantanément le figuier se mit à sécher. 20À cette vue, les disciples furent stupéfaits : « Comment, dirent-ils, le figuier a-t-il séché en un instant ? » 21Jésus répondit : « Oui, je vous le déclare, si vous aviez un jour de la foi sans hésitation, non seulement vous feriez le miracle du figuier, mais même vous diriez à cette montagne : Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait. 22Tout ce que dans la prière vous demanderez avec foi, vous l’obtiendrez. » 23Jésus se rendit au temple. Tandis qu’il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent et lui dirent : « De quel droit fais-tu cela ? Qui t’en a donné l’autorisation ? » 24Jésus répondit : « Je vais vous poser à mon tour une seule question. Si vous y répondez, je vous dirai de quel droit je le fais. 25Le baptême de Jean, d’où venait-il ? Du ciel, ou des hommes ? » Or, ils raisonnèrent ainsi entre eux : « Si nous disons : Du ciel, il ripostera : Pourquoi donc n’avez-vous pas cru en lui ? 26Et si nous disons : Des hommes, la foule est à craindre, car tout le monde tient Jean pour un prophète. » 27Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas. » — « Et moi non plus, rétorqua Jésus, je ne vous dis pas de quel droit j’agis. » 28« Que vous en semble ? Un homme avait deux fils. S’adressant au premier, il dit : Mon enfant, va travailler aujourd’hui dans la vigne. 29Il répondit : Je n’ai pas envie. Mais ensuite il s’en repentit et y alla. 30S’adressant au second, le père lui en dit autant. Le fils répondit : Oui, père ; mais n’y alla point. 31Lequel des deux a fait la volonté de son père ? » — « C’est le premier », répondirent-ils. Et Jésus leur dit : « Oui, je vous le déclare, les publicains et les filles de joie vous devancent dans le royaume de Dieu ! 32Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n’avez pas cru en lui ; mais les publicains et les filles de joie ont cru en lui. Et vous, ce spectacle ne vous a même pas fait changer d’avis dans la suite pour croire en lui. » 33« Écoutez une autre parabole : il y avait un père de famille qui planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, il y creusa un pressoir et y bâtit une tour. Il la confia ensuite à des vignerons, et quitta le pays. 34Vint le temps des vendanges. Il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour recueillir le produit de sa vigne. 35Mais les vignerons saisirent les serviteurs, battirent l’un, tuèrent l’autre, en lapidèrent un troisième. 36Il envoya d’autres serviteurs en plus grand nombre que les premiers, et ils les traitèrent de même. 37Enfin, il leur envoya son propre fils, se disant : Mon fils, ils le respecteront. 38Mais quand les vignerons virent le fils, ils se dirent : Voilà l’héritier ; allons-y ! tuons-le, et l’héritage est à nous ! 39Ils mirent la main sur lui, l’entraînèrent hors de la vigne et l’assassinèrent. 40Eh bien ! quand le maître de la vigne reviendra, comment va-t-il traiter ces vignerons ? » 41On lui répondit : « Il fera périr sans pitié ces misérables ; il louera sa vigne à d’autres vignerons qui lui en donneront le produit en son temps. » 42Jésus ajouta : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre mise au rebut par les maçons est devenue la pierre d’angle. C’est l’œuvre du Seigneur, et c’est merveille à nos yeux (Ps 117.22-23) ? 43C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera ôté pour être remis à un peuple qui en produira les fruits. 44(Celui qui trébuchera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera, en sera broyé. » 45À entendre ces paraboles, les grands prêtres et les pharisiens comprirent que Jésus parlait d’eux. 46Ils cherchèrent le moyen de l’arrêter ; mais ils craignirent le peuple, qui le tenait pour un prophète. 9Hosanna : ce mot hébreu signifie : sauve donc ! C’est un cri de joie correspondant au français : « vive le Fils de David ! » 9Béni soit : cf. Ps 117.26. 12Il faut entendre par là tout l’espace consacré, y compris les parvis extérieurs. 12Pigeons : ces animaux étaient destinés à être offerts en sacrifice. 21Comme en Mt 17.20, il s’agit d’une expression outrancière destinée à montrer l’efficacité de la prière accompagnée d’une foi ardente. 33Père de famille : autre trad. un homme propriétaire d’un domaine. 33Une tour pour faire le guet contre les maraudeurs. Cette parabole fait écho à celle de Is 5.1-7.

22 1Jésus reprit la parole et leur dit encore en paraboles : 2« Il en va du royaume des cieux comme d’un roi qui célébrait les noces de son fils. 3Il envoya ses serviteurs convier les invités, mais ils refusèrent. 4Il en envoya d’autres encore, leur disant : Dites aux invités : J’ai préparé mon festin ; on a tué mes bœufs et mes bêtes grasses ; tout est prêt, venez aux noces. — 5Mais, sans tenir compte de cette invitation, ils s’en allèrent l’un à sa ferme, l’autre à son commerce ; 6d’autres mirent la main sur les serviteurs, les outragèrent et les tuèrent. 7Le roi en fut indigné. Il lança ses troupes, fit périr ces meurtriers et brûler leur ville. 8Puis il dit à ses serviteurs : le festin est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. 9Allez aux carrefours et conviez aux noces tous ceux que vous trouverez. 10Ils se répandirent par les chemins, et racolèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, méchants et bons, en sorte que la salle du festin fut remplie de convives. 11« Le roi entra les voir et aperçut là un homme qui ne portait pas l’habit de noces. 12Mon ami, lui dit-il, comment es-tu entré ici, sans avoir l’habit de noces ? L’homme ne souffla mot. 13Le roi dit alors aux domestiques : Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là seront les pleurs et les grincements de dents. 14Beaucoup, en effet, sont appelés, peu sont choisis. » 15Alors les pharisiens allèrent se concerter sur les moyens de prendre Jésus au piège dans ses propres paroles. 16Ils lui envoient de leurs disciples avec des hérodiens lui dire : « Maître, nous le savons, tu es sincère ; tu enseignes la voie de Dieu en toute vérité, sans souci de personne, car tu ne regardes pas aux positions sociales. 17Donne-nous donc ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César ? » 18Jésus, qui avait pénétré leur malice, répondit : « Pourquoi me tendre un piège, hypocrites ? 19Montrez-moi la monnaie qui sert à payer l’impôt. » Ils lui présentèrent un denier. 20« De qui est cette effigie ? leur dit-il, et l’inscription ? » — 21« De César », répondent-ils. Jésus leur dit alors : « Eh bien ! rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » 22Cette réponse les ébahit ; et le laissant, ils se retirèrent. 23Le même jour, des sadducéens — ces gens nient la résurrection— vinrent lui poser cette question : 24« Maître, Moïse a dit : Si un homme meurt sans enfants, son frère épousera sa veuve, et ainsi lui suscitera une postérité (Dt 25.5). 25Or il y avait chez nous sept frères : le premier se maria et mourut ; comme il n’avait pas d’enfants, il laissa sa femme à son frère. 26De même le second, puis le troisième, jusqu’au septième. 27À son tour, après eux tous, la femme mourut. 28Lors de la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme ? Tous l’ont eue … » 29Jésus leur répondit : « Vous divaguez, faute de comprendre les Écritures et la puissance de Dieu. 30Dans la condition de ressuscité, on ne prend ni femme ni mari ; on est comme les anges de Dieu dans le ciel. 31Quant au fait de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit : 32Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob (Ex 3.6) ? Or, Dieu n’est pas le Dieu de morts, mais de vivants. » 33Et d’entendre cette doctrine remplissait les gens d’étonnement. 34Les pharisiens apprirent que Jésus avait réduit au silence les sadducéens. Ils se concertèrent, 35et l’un d’eux, un légiste, lui posa cette question pour l’éprouver : 36« Maître, quel est, dans la loi, le plus grand commandement ? » 37Jésus répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit (Dt 6.5). 38C’est là le grand, le premier commandement. 39Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Lv 19.18). 40À ces deux commandements se réduisent toute la loi et les Prophètes. » 41Comme les pharisiens formaient groupe, Jésus les interrogea : 42« Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? » Ils répondirent : « De David. » 43« Comment alors, leur dit-il, David, sous l’inspiration de l’Esprit, peut-il l’appeler Seigneur, en disant : 44Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Siège à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis sous tes pieds (Ps 109.1) ? 45Si donc David l’appelle Seigneur, comment peut-il être son fils ? » 46Nul ne put lui fournir d’explication. Et depuis ce jour, plus personne n’osa l’interroger. 14L’appel de Dieu, s’il s’adresse à tous, ne porte du fruit que pour ceux qui en acceptent les exigences. 16Hérodiens : membres du personnel administratif d’Hérode, favorables à la politique romaine. 17César : appellation générale des empereurs romains, qui percevaient l’impôt en Palestine. 23Sadducéens : voir la note en Mt 3.7. 32Voici le raisonnement : Dieu est le Dieu des vivants ; or s’il est le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, c’est donc que ces patriarches sont vivants.

23 1Alors Jésus s’adressa à la foule et à ses disciples : 2« Les scribes et les pharisiens, dit-il, se sont installés dans la chaire de Moïse. 3Vous pouvez donc faire et observer tout ce qu’ils vous disent, mais non vous régler sur leurs actes, car ils disent, et ne font pas. 4Ils lient des fardeaux pesants et encombrants, et en chargent les épaules des hommes, sans vouloir eux-mêmes les remuer du doigt. 5Toutes leurs œuvres, ils les font pour se donner en spectacle aux gens : ils portent de larges banderoles et de longues franges à leurs manteaux ; 6ils aiment occuper les premières places dans les festins, les premiers sièges dans les synagogues ; 7ils aiment à être salués sur les places publiques, à s’entendre appeler par les gens Rabbi. 8Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car vous n’avez qu’un seul Maître, et vous êtes tous frères. 9Et sur terre, ne donnez à personne le nom de père ; car vous n’avez qu’un Père, celui du ciel. 10Ne vous faites pas nommer guides ; car vous n’avez qu’un seul Guide, le Christ. 11Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. 12Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. 13« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous fermez aux hommes le royaume des cieux : vous n’y entrez pas vous-mêmes, et ceux qui le voudraient, vous les en empêchez. 14« (Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous engloutissez les fortunes des veuves tout en affectant de prolonger vos prières. Vous en serez châtiés d’autant plus sévèrement.) 15« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous courez mers et terre pour gagner un prosélyte, et quand vous l’avez, vous en faites un fils de l’enfer deux fois pire que vous. 16« Hélas pour vous, guides aveugles ! Vous dites : Si l’on jure par le sanctuaire, ce n’est rien ; mais si l’on jure par le trésor du sanctuaire, on est tenu par son serment. 17Insensés, aveugles ! Quel est le principal ? Est-ce l’or, ou le sanctuaire, auquel il doit sa consécration ? 18Vous dites encore : Si l’on jure par l’autel, ce n’est rien ; mais si l’on jure par l’offrande qu’on met sur l’autel, on est engagé. 19Aveugles ! Quel est le principal ? L’offrande, ou l’autel auquel elle doit sa consécration ? 20Jurer par l’autel, c’est jurer aussi par tout ce qui est dessus ; 21jurer par le sanctuaire, c’est jurer aussi par Celui qui l’habite ; 22et jurer par le ciel, c’est jurer par le trône de Dieu, et par Celui qui y est assis. 23« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous payez la dîme de la menthe, de l’anis et du cumin ; et vous négligez les préceptes les plus urgents de la loi, la justice, la miséricorde, la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer— sans toutefois omettre le reste. 24Guides aveugles ! Vous filtrez le moustique, et vous avalez le chameau. 25« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, qui au dedans sont pleins de rapacité et d’intempérance. 26Pharisien aveugle ! Nettoie d’abord l’intérieur de la coupe ; et que le dehors en soit propre aussi. 27« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous ressemblez à des sépulcres blanchis. Au dehors, ils paraissent beaux ; au dedans, ils sont pleins d’ossements de cadavres et de toute sorte de pourriture. 28Vous de même, au dehors, aux yeux des hommes, vous paraissez justes ; mais au dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. 29« Hélas pour vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Vous édifiez des mausolées aux prophètes, vous décorez les tombeaux des justes ; 30et vous dites : Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous n’aurions pas avec eux trempé nos mains dans le sang des prophètes … 31Ainsi, de votre propre aveu, vous êtes les dignes fils de ceux qui ont assassiné les prophètes ! 32À vous de combler la mesure de vos pères ! 33Serpents ! race de vipères ! Comment pourrez-vous échapper au châtiment de l’enfer ? 34voyez, je vous envoie des prophètes, des sages, des docteurs : Vous tuerez et crucifierez les uns ; vous battrez les autres de verges dans vos synagogues ; vous les persécuterez de ville en ville. 35Ainsi va retomber sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang d’Abel le juste, jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez mis à mort entre le temple et l’autel. 36Oui, vous dis-je, tous ces crimes pèsent sur cette race. 37« Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés ! Que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! 38Eh bien ! votre maison vous est laissée déserte. 39Car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » 5Banderoles : litt. phylactères. Interprétant littéralement une prescription de la Loi (Dt 6.8 ; Dt 11.18), les pharisiens se fixaient au front et au poignet des bandes de parchemin sur lesquelles étaient inscrits des textes essentiels de la Loi. 5Franges : sorte de houppes fixées en bas du manteau, souvent aux coins seulement (voir Nb 15.38). 14Ce verset manque dans un certain nombre de manuscrits anciens. 15Un prosélyte : un nouvel adepte de la religion. 27Les Juifs encouraient une souillure rituelle au contact d’un tombeau. Pour éviter qu’on n’en touchât par mégarde, on les blanchissait à la chaux. 32Cette phrase est évidemment ironique. 35Voir 2 Ch 24.20-21. 38Dieu quitte son temple et le laisse à l’ennemi, comme avant la prise de Jérusalem par les Babyloniens (voir Ez 11.22-23).

24 1Au sortir du temple, les disciples abordèrent Jésus pour lui montrer la structure de l’édifice. 2Mais il prit la parole : « Vous voyez tout cela ? dit-il. Oui, je vous le déclare, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit culbutée. » 3Il alla s’asseoir au mont des Oliviers. Les disciples le rejoignirent et lui dirent en particulier : « Quand cela se produira-t-il ? Dis, quel sera le signe de ton Retour et de la fin du monde ? » 4Jésus leur répondit : « Prenez garde que nul ne vous égare. 5Plusieurs vont se présenter sous mon nom et dire : C’est moi le Christ. Ils égareront bien des gens. 6Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerre. Attention que cela ne vous trouble pas ; tout cela doit arriver, mais ce n’est pas encore la fin. 7Car on va se dresser peuple contre peuple, royaume contre royaume ; il y aura des famines, des pestes, des tremblements de terre par endroits. 8Tout cela ne sera que le début des douleurs. 9« Alors on vous livrera aux tourments, on vous fera mourir ; à cause de moi vous serez en butte à la haine de toutes les nations. 10Beaucoup vont succomber, se dénoncer mutuellement, se haïr mutuellement. 11Il s’élèvera beaucoup de faux prophètes qui séduiront bien des gens. 12Et devant les débordements de l’iniquité, la charité du grand nombre s’attiédira. 13Cependant, celui qui tiendra jusqu’au bout, celui-là sera sauvé. 14Cet Évangile du royaume sera prêché dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. 15« Quand vous verrez établie dans le lieu saint l’abomination dévastatrice dont a parlé le prophète Daniel— lecteurs, comprenez bien, — 16que les habitants de la Judée fuient dans les montagnes, 17que celui qui est sur la terrasse ne descende pas pour emporter ce qui est dans sa maison, 18que celui qui est au champ ne revienne pas prendre son manteau. 19Hélas pour les femmes qui seront enceintes ou qui allaiteront en ces jours-là ! 20priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. 21Alors, en effet, la détresse sera si grande que, depuis le commencement du monde, il n’y en a point eu de pareille jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. 22Et si ces jours n’étaient abrégés, aucune créature n’échapperait ; mais à cause des élus, ces jours-là seront abrégés. 23« Si l’on vous dit alors : Le Christ est ici ! ou bien : Le voilà ! ne le croyez point. 24Il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands miracles et des prodiges au point d’égarer, s’il était possible, les élus eux-mêmes. 25Vous voilà prévenus. 26Si donc on vous dit : Le voilà dans le désert, n’y allez pas ; ou : Le voilà dans la maison, ne le croyez point. 27Car, tel l’éclair qui jaillit de l’orient et brille jusqu’à l’occident, tel sera le Retour du Fils de l’Homme. 28Où que soit le cadavre, là s’abattent les vautours. 29« Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune perdra son éclat, les étoiles tomberont du ciel, les puissances des cieux seront ébranlées. 30Alors paraîtra dans le ciel le signe du Fils de l’Homme. Toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine, et elles verront le Fils de l’Homme revenir sur les nuées du ciel, avec beaucoup de puissance et de gloire. 31Il enverra ses anges, qui, au son de la trompette retentissante, rassembleront ses élus des quatre vents, d’un bout à l’autre du ciel. 32« Tâchez de saisir la comparaison du figuier : quand ses rameaux deviennent tendres et qu’il y pousse des feuilles, vous sentez l’approche de l’été. 33De même, quand vous verrez tout cela, sachez que le (Fils de l’Homme) est proche, qu’il est aux portes. 34Oui, vous dis-je, cette race ne passera point, que tout cela n’arrive. 35Ciel et terre peuvent passer, mes paroles ne passeront point. » 36« Pour ce qui est du jour et de l’heure, nul n’en sait rien, pas même les anges du ciel, mais le Père seul. 37Ce qui arriva du temps de Noé arrivera lors du retour du Fils de l’Homme. 38Dans les jours qui précédèrent le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, 39et les hommes ne se doutèrent de rien, jusqu’au moment où vint le déluge, qui les emporta tous. Il en sera de même au Retour du Fils de l’Homme. 40Il y aura dans un champ deux hommes : l’un sera pris, l’autre laissé ; 41deux femmes moudront au moulin : l’une sera prise, l’autre laissée. 42Veillez donc, puisque vous ignorez l’heure à laquelle le Seigneur doit venir. 43Sachez-le bien : si le maître de maison savait à quelle heure de la nuit doit venir le voleur, il veillerait, pour ne pas laisser forcer sa maison. 44Vous aussi, tenez-vous prêts, parce que le Fils de l’Homme doit venir à l’heure que vous ne pensez pas. » 45« Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que le maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au moment voulu ? 46Heureux ce serviteur que son maître, à son retour, va trouver à sa tâche ! 47Oui, vous dis-je, il l’établira sur tous ses biens. 48Mais si c’est un mauvais serviteur, qui se dise : Mon maître tarde à venir, 49et s’il se met à battre ses compagnons, à manger et à boire avec des ivrognes, 50le maître de ce serviteur va venir un jour où il ne s’y attend pas, et à l’heure qu’il ignore. 51Il va le mettre en pièces, et lui assigner sa part avec les hypocrites. Là seront les pleurs et les grincements de dents. » 3L’opinion commune des Juifs était que le règne du Messie coïnciderait avec le bouleversement précédant la fin du monde. 15Empruntée à Daniel (Dan 9.27), l’expression pourrait désigner ici les étendards romains que les armées de Titus plantèrent dans le temple, après le siège et la ruine de Jérusalem. Ces emblèmes avaient un caractère religieux et représentaient pour les Juifs une forme d’idolâtrie. 28Expression proverbiale (voir Lc 17.37). Sens : le rassemblement des élus autour du Christ se fera de lui-même. 29Images traditionnelles des apocalypses, qu’il faut entendre symboliquement (voir Is 13.10 ; Is 34.4). Les puissances : les astres. 34Cf. Mt 16.28 et la note. 36Pas même les anges du ciel : de bons manuscrits portent en plus : pas même le Fils. 51Le mettre en pièces : ou peut-être se séparer de lui.

25 1« Alors il en sera du royaume des cieux comme de dix jeunes filles qui prirent leurs lampes et s’en furent à la rencontre de l’époux. 2Cinq d’entre elles étaient sottes, et cinq sages. 3En prenant leurs lampes, les sottes avaient négligé de se munir d’huile, 4mais les sages prirent, avec leurs lampes, des flacons d’huile. 5L’époux tardant à venir, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. 6Mais en pleine nuit, un cri se fit entendre : Voici l’époux, allez à sa rencontre. 7Et les jeunes filles de se lever toutes, et d’apprêter leurs lampes. 8Les sottes dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, nos lampes s’éteignent. 9Les sages répondirent : Il n’y en aura peut-être pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez les marchands et achetez-en pour vous. 10Mais, pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux survint. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et l’on ferma la porte. 11Plus tard enfin arrivent aussi les autres jeunes filles. Elles eurent beau dire : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! 12il répondit : Oui, je vous le déclare : je ne vous connais point. 13« Veillez donc, puisque vous ne connaissez ni le Jour ni l’Heure. » 14« Il en sera aussi comme d’un homme qui, avant de partir en voyage, réunit ses serviteurs et leur confia ses biens. 15Il remit à l’un cinq talents, à l’autre deux, à l’autre un, selon la capacité de chacun. Puis il partit. Aussitôt, 16celui qui avait reçu cinq talents se mit à l’œuvre, les fit produire, et en gagna cinq autres. 17De même, celui qui en avait reçu deux en gagna deux autres. 18Mais celui qui n’en avait reçu qu’un s’en alla creuser la terre et y enfouit l’argent de son maître. 19« Longtemps après, le maître de ces serviteurs revient et leur fait rendre compte. 20Celui qui avait cinq talents se présenta, lui en apporta cinq autres, et dit : Maître, tu m’as confié cinq talents ; en voici cinq autres que j’ai gagnés. 21Son maître lui dit : Très bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu, je te confierai beaucoup ; viens te réjouir avec ton maître. 22Celui qui avait reçu deux talents se présenta aussi et dit : Maître tu m’as confié deux talents, en voici deux autres que j’ai gagnés. 23Son maître lui dit : Très bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu, je te confierai beaucoup ; viens te réjouir avec ton maître. 24« Enfin se présenta celui qui n’avait reçu qu’un talent : Maître, dit-il, je savais bien que tu es un homme dur ; tu moissonnes là où tu n’as pas semé ; tu ramasses là où tu n’as rien vanné. 25J’ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Voilà, tu as ton compte. 26Son maître lui répondit : Vaurien, fainéant ! Tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, que je ramasse où je n’ai rien vanné ! 27Il te fallait donc placer mon argent à la banque ; à mon retour, j’aurais retiré mon bien plus les intérêts. 28Ôtez-lui ce talent, et donnez-le à celui qui en a dix. 29On va donner à celui qui possède, et il sera dans l’abondance ; mais à celui qui ne possède rien, on ôtera même ce qu’il croit avoir. 30Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents. » 31« Lorsque le Fils de l’Homme reviendra dans sa gloire, accompagné de tous les anges, il siégera sur son trône glorieux. 32Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis des boucs. 33Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. 34Alors, à ceux qui sont à droite, le Roi dira : Venez, les bénis de mon Père, prenez possession du royaume qui vous est destiné depuis la création du monde. 35Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais sans asile, et vous m’avez accueilli ; 36mal vêtu, et vous m’avez couvert ; malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus à moi. 37Les justes répondront : Seigneur, quand avons-nous bien pu te voir affamé et te donner à manger, assoiffé et te donner à boire ? 38Quand avons-nous pu te voir sans asile, et t’accueillir ; mal vêtu et te couvrir ? 39Quand avons-nous bien pu te voir malade ou en prison, et venir à toi ? 40Le Roi répondra : Oui, je vous le déclare, toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de mes petits frères que voici, c’est à moi-même que vous l’avez fait. 41« Ensuite il se tournera vers ceux qui sont à sa gauche : Retirez-vous de moi, dira-t-il, maudits, allez au feu éternel destiné au diable et à ses anges. 42Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; 43j’étais sans asile, et vous ne m’avez pas accueilli ; mal vêtu, et vous ne m’avez pas couvert ; malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. 44À leur tour, ils diront : Seigneur, quand avons-nous pu te voir affamé ou assoiffé, sans asile ou mal vêtu, malade ou en prison, sans t’assister ? 45Il leur répondra : Oui, je vous le déclare, toutes les fois que vous avez omis de le faire à l’un de ces petits, c’est à moi-même que vous avez omis de le faire. 46« Et ces derniers iront au châtiment éternel, tandis que les justes iront à la vie éternelle. » 1Cette parabole se réfère à une coutume juive. Les noces étaient généralement célébrées la nuit, et des jeunes filles, compagnes de la mariée, allaient en cortège au-devant de l’époux qu’elles accompagnaient jusque dans le lieu du festin. — Alors : au moment du retour du Christ.

26 1Lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples : 2« Vous le savez, la Pâque a lieu dans deux jours, et le Fils de l’Homme sera trahi pour être crucifié. » 3Alors les grands prêtres et les anciens du peuple se réunirent à la cour du grand prêtre, nommé Caïphe, 4et prirent en commun la décision d’arrêter Jésus par ruse et de le faire mourir. 5« Surtout, disaient-ils, pas durant la fête ; il pourrait y avoir une émeute populaire. » 6Lorsque Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, 7une femme s’approcha de lui ; elle tenait une fiole de parfum de grand prix, et le lui versa sur la tête, alors qu’il était à table. 8À cette vue, les disciples s’indignèrent : « À quoi bon ce gaspillage ? disaient-ils. 9On aurait pu vendre ce parfum très cher et en donner le prix aux pauvres. » 10Jésus s’en rendit compte et leur dit : « Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? C’est un beau geste qu’elle a fait à mon endroit. 11Vous aurez toujours les pauvres avec vous ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. 12Si elle a répandu ce parfum sur mon corps, elle l’a fait en vue de ma sépulture. 13Oui, vous dis-je, partout où l’on proclamera cet Évangile, dans le monde entier, on racontera aussi, en mémoire d’elle, ce qu’elle a fait. » 14Alors l’un des Douze appelé Judas Iscariote, alla trouver les grands prêtres 15et leur dit : « Combien m’offrez-vous ? Je suis prêt à vous le livrer. » Ils lui fixèrent un prix de trente pièces d’argent. 16Depuis lors il guettait l’occasion de livrer Jésus. 17Le premier jour des Azymes, les disciples vinrent trouver Jésus et lui dirent : « Où désires-tu que nous te préparions le repas pascal ? » 18Il répondit : « Allez en ville, chez un tel, et dites-lui : Le Maître te fait dire : Mon temps est proche, c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples. » 19Les disciples se conformèrent aux ordres de Jésus et préparèrent la Pâque. 20Le soir venu, il se mit à table avec les douze disciples. 21Durant le repas il dit : « Oui, je vous le déclare, l’un de vous est prêt à me trahir. » 22Dans une profonde consternation, chacun se mit à lui dire : « Tout de même pas moi, Seigneur ? » 23Il répondit : « Celui qui a mis la main au plat avec moi, c’est lui qui va me trahir. 24Le Fils de l’Homme va son chemin, que lui ont tracé les Écritures ; mais hélas pour celui qui trahit le Fils de l’Homme ! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né. » 25Judas, le traître, prit la parole : « Maître, dit-il, est-ce moi ? » — « Oui, c’est toi », répondit Jésus. 26Pendant le repas, Jésus prit du pain ; il prononça la bénédiction, le rompit, et le donna à ses disciples en disant : « Prenez et mangez, ceci est mon corps. » 27Il prit ensuite une coupe, rendit grâce, et la leur donna en disant : « Buvez-en tous, 28car ceci est mon sang, le sang de la nouvelle Alliance, répandu pour beaucoup d’hommes en rémission des péchés. 29Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai avec vous du nouveau dans le royaume de mon Père. » 30Après le chant des psaumes, ils se rendirent au mont des Oliviers. 31Jésus leur dit alors : « Vous trouverez tous en moi, cette nuit même, une occasion de chute. Il est écrit, en effet : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées (Zac 13.7). 32Mais après ma résurrection, je vous précéderai en Galilée. » 33Pierre intervint : « Quand tout le monde trouverait en toi une occasion de chute, dit-il, moi, jamais ! » 34Jésus lui dit : « Oui, je te le déclare : cette nuit même, avant le chant du coq, tu me renieras trois fois. » 35Pierre lui répondit : « Même s’il me faut mourir avec toi, je ne te renierai pas ! » Et tous les autres disciples tinrent le même langage. 36Jésus se rend alors avec eux au lieu dit Gethsémani et dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici pendant que j’irai prier là. » 37Prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il fut bientôt saisi de tristesse et d’angoisse. 38Il leur dit : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. » 39Il s’éloigna quelque peu, se jeta la face contre terre, et pria en ces termes : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » 40Il revint alors auprès de ses disciples et les trouva endormis. Il dit à Pierre : « Ainsi vous n’avez pu veiller une heure avec moi. 41Veillez et priez, afin de ne point entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. » 42Une seconde fois il s’éloigna, et pria ainsi : « Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! » 43Il revint, et les trouva encore endormis ; leurs yeux s’étaient alourdis. 44Il les laissa, et s’en alla de nouveau prier pour la troisième fois, et dans les mêmes termes. 45Il revint alors à ses disciples et leur dit : « Vous dormez maintenant, et vous vous reposez ! L’heure est venue : le Fils de l’Homme va être livré aux mains des pécheurs. 46Levez-vous, allons, celui qui me trahit est là. » 47Il parlait encore que Judas, l’un des Douze, survint, et avec lui une troupe de gens armés d’épées et de bâtons, envoyés par les grands prêtres et les anciens du peuple. 48Le traître était convenu avec eux de ce signe : « Celui que j’embrasserai, c’est lui, arrêtez-le. » 49Aussitôt il s’approcha de Jésus : « Salut, Maître », dit-il, et il l’embrassa. 50Jésus lui dit : « C’est donc pour cela que tu viens ici ! » Alors ils s’avancèrent, mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent. 51Mais un des compagnons de Jésus dégaina, frappa de l’épée un serviteur du grand prêtre, lui tranchant l’oreille. 52Jésus lui dit alors : « Rengaine ton épée : tous ceux qui useront de l’épée, périront par l’épée. 53Crois-tu que je ne puisse invoquer mon Père, qui m’enverrait à l’instant plus de douze légions d’anges ? 54Comment donc s’accompliraient les Écritures, d’après lesquelles il doit en être ainsi ? » 55Puis, se tournant vers la bande : « C’est avec des épées, dit-il, et des bâtons que vous êtes venus m’arrêter, comme s’il s’agissait d’un brigand. Pourtant, tous les jours, j’étais assis dans le temple, parmi vous, à enseigner, et vous ne m’avez point arrêté. 56Mais tout cela s’est passé pour accomplir les oracles des prophètes. »À ce moment, les disciples l’abandonnèrent et prirent la fuite. 57Les gens qui avaient arrêté Jésus l’emmenèrent chez le grand prêtre Caïphe, où s’étaient réunis les scribes et les anciens du peuple. 58Pierre le suivit de loin, jusqu’à la cour du grand prêtre. Il entra et s’assit avec les gens de service pour voir comment cela finirait. 59Cependant les grands prêtres et tout le Conseil cherchaient un faux témoignage contre Jésus, afin de le condamner à mort. 60Ils n’y parvenaient point, quoique plusieurs faux témoins se fussent présentés. 61À la fin tout de même, il en vint deux qui déposèrent ainsi : « Cet homme a dit : Je peux détruire le temple de Dieu et le rebâtir en trois jours. » 62Le grand prêtre se leva : « N’as-tu, dit-il, rien à répondre à ce que ces gens déposent contre toi ? » 63Jésus gardait le silence. Le grand prêtre lui dit : « Par le Dieu vivant, je t’adjure de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu ? » 64Jésus répondit : « Tu l’as dit. De plus je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’Homme siéger à la droite du Tout-Puissant et revenir sur les nuées du ciel. » 65À ces mots, le grand prêtre se mit à déchirer ses vêtements : « Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? disait-il. Vous venez d’entendre le blasphème ! 66Votre avis ? » Ils répondirent : « Il mérite la mort ! » 67Là-dessus, on lui cracha au visage, on le gifla ; certains lui donnaient des coups 68en disant : « Christ, devine qui t’a frappé. » 69Cependant, Pierre était assis dans la cour. Une servante l’aborda : « Toi aussi, dit-elle, tu étais avec Jésus, le Galiléen. » 70Mais il le nia devant tout le monde en ces termes : « Je ne sais ce que tu veux dire. » 71Il se dirigeait vers le porche pour sortir quand une autre servante l’aperçut ; elle dit aux assistants : « Cet homme était aussi avec Jésus de Nazareth. » 72Pierre nia encore ; il jurait : « Je ne connais pas cet homme. » 73Peu après, les gens qui se trouvaient là s’approchèrent : « Mais oui, dirent-ils à Pierre, tu es de ces gens-là : ton accent te fait reconnaître. » 74Alors il se mit à proférer des imprécations, jurant qu’il ne connaissait pas cet homme. À ce moment, le coq chanta. 75Et Pierre se souvint de la parole de Jésus : « Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. » Il sortit et se mit à sangloter amèrement. 12Cette onction est comme un embaumement anticipé. 1530 pièces d’argent : le prix d’un esclave (Ex 21.32). 17Azymes : mot grec signifiant : sans levain. L’usage du levain est interdit aux Juifs durant l’octave pascale. Sur cette fête, voir Ex 12.1-20. 23Sans désigner le traître, cette formule exprime la douleur d’être livré par un intime ; voir Ps 40.10. 28La première Alliance de Dieu avec son peuple fut scellée par le sang de victimes offertes en sacrifice ; voir Ex 24.3-8. La nouvelle Alliance l’est par le sang du Christ, offrant sa vie pour le genre humain Is 53.10-11 ; cf. Héb 9.11-22. 36Gethsémani : nom hébreu signifiant pressoir. 61Proférer des blasphèmes contre le temple était, pour les Juifs, un crime capital. Selon l’Évangile de Jean (Jn 2.19), Jésus aurait dit : Détruisez ce temple, et je le rebâtirai en trois jours. 65Geste rituel de protestation contre un blasphème.

27 1De grand matin, tous les grands prêtres et les anciens du peuple, de commun accord, décidèrent de faire condamner à mort Jésus. 2Puis ils le firent lier et emmener pour le remettre au gouverneur Pilate. 3Alors Judas, le traître, le voyant condamné, fut pris de remords. Il rapporta aux grands prêtres et aux anciens les trente pièces d’argent : 4« J’ai eu tort, leur dit-il ; j’ai livré un innocent. » Ils répondirent : « Que nous importe ? Cela te regarde. » 5Il jeta l’argent dans le temple, et alla se pendre. 6Les grands prêtres, eux, ramassèrent les pièces et dirent : « Il n’est pas permis de les verser au trésor sacré, puisque c’est le prix du sang. » 7Ayant délibéré, ils achetèrent avec cette somme le champ du Potier, pour établir un cimetière d’étrangers. 8C’est la raison pour laquelle ce terrain s’appelle encore aujourd’hui Haceldama, c’est-à-dire « champ du Sang  » : 9Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Jérémie : Ils ont pris les 30 pièces d’argent, prix auquel l’avaient estimé les enfants d’Israël ; 10ils les ont données pour le champ du Potier, comme le Seigneur me l’avait prescrit. 11Jésus comparut devant le gouverneur, qui l’interrogea : « Tu es le roi des Juifs ? » — « Oui, répondit Jésus, tu le dis. » 12Mais aux accusations des grands prêtres et des anciens, il ne répondit rien. 13Pilate lui dit alors : « N’entends-tu pas toutes les charges dont on t’accable ? » 14Mais il ne voulut répondre à aucun grief, au grand étonnement du gouverneur. 15Le gouverneur avait coutume, à chaque fête de Pâque, de relâcher un détenu, au choix de la foule. 16Or, on tenait à ce moment un prisonnier fameux, nommé Barabbas. 17Pilate s’adressa au peuple assemblé : « Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus qu’on appelle Christ ? » 18(Il savait bien qu’on l’avait livré par jalousie.) 19Pendant qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui envoya dire : « Ne fais rien à ce juste. Aujourd’hui, un songe qui le concerne m’a beaucoup impressionnée. » 20Mais les grands prêtres et les anciens persuadèrent le peuple de réclamer Barabbas et de faire périr Jésus. 21Le gouverneur prit alors la parole : « Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre ? » Ils répondirent : « Barabbas ! » 22Pilate leur dit : « Que ferai-je alors de Jésus qu’on appelle Christ ? » Tous répondirent : « Qu’on le crucifie ! » 23Le gouverneur reprit alors : « Mais quel mal a-t-il fait ? » Mais ils criaient de plus belle : « Qu’on le crucifie ! » 24Pilate vit qu’il n’arrivait à rien, et qu’au contraire le tumulte croissait. Il se fit apporter de l’eau et se lava les mains devant le peuple en disant : « Je ne suis pas responsable du sang de cet homme. Cela vous regarde. » 25Et tout le peuple de répondre : « Nous en prenons la responsabilité, nous et nos enfants. » 26Alors il leur relâcha Barabbas. Quant à Jésus, il le fit battre de verges et le livra pour être crucifié. 27Les soldats du gouverneur emmenèrent alors Jésus dans le prétoire, et assemblèrent autour de lui tout le peloton. 28Ils le déshabillèrent et lui passèrent un manteau d’écarlate. 29Puis ils tressèrent une couronne d’épines et la lui mirent sur la tête, ainsi qu’un roseau dans la main. Ployant le genou devant lui, ils lui disaient par manière de dérision : « Salut, roi des Juifs ! » 30Ils lui crachaient au visage, prenaient le roseau et lui en donnaient des coups à la tête. 31Après l’avoir ainsi bafoué, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements. Puis on l’emmena pour le crucifier. 32En sortant, ils croisèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, qu’ils contraignirent à porter sa croix. 33Arrivés au lieu dit Golgotha, c’est-à-dire lieu du Crâne, 34ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel. Il en goûta, mais refusa de le boire. 35Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en les tirant au sort. (Ainsi s’accomplissait l’oracle du Prophète : Ils se sont partagé mes vêtements ; ils ont tiré au sort ma tunique (Ps 21.19)). 36Ils s’assirent et montèrent la garde. 37Au-dessus de sa tête, on avait affiché le motif de condamnation : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. » 38En même temps, on crucifia près de lui deux brigands, l’un à droite, l’autre à gauche. 39Les passants l’injuriaient ; ils hochaient la tête 40en disant : « Toi qui peux détruire le temple et le rebâtir en trois jours, sauve-toi toi-même. Si tu es Fils de Dieu, descends de la croix ! » 41Les grands prêtres avec les scribes et les anciens le raillaient de même : 42« Il en a sauvé d’autres, et il ne peut se sauver lui-même ! S’il est roi d’Israël, c’est le moment de descendre de la croix, et nous croirons en lui ! 43Il s’est confié en Dieu ; que Dieu le tire à présent de là, s’il l’aime tant ; car il a dit : Je suis Fils de Dieu ! » 44Et les brigands crucifiés avec lui l’outrageaient de même. 45Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, l’obscurité se fit sur toute la terre. 46Vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : « Éli, Éli, lema sabachtani », ce qui veut dire : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » 47À ces mots, quelques assistants dirent : « Il appelle Élie. » 48Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il imbiba de vinaigre, et lui offrit à boire au bout d’un roseau. 49Les autres disaient : « Laisse-nous voir si Élie va venir le sauver. » 50Cependant, Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’âme. 51Et voici que le voile du temple se déchira en deux, de haut en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent ; 52les tombeaux s’ouvrirent, et les corps de plusieurs justes trépassés ressuscitèrent. 53Sortis de leurs sépultures, ils entrèrent dans la ville sainte après la résurrection de Jésus, et apparurent à plusieurs personnes. 54Le centurion et ses hommes, qui montaient la garde de Jésus, devant ce tremblement de terre et tout ce qui se passait, sous l’effet d’une extrême épouvante, dirent : « Cet homme était véritablement Fils de Dieu ! » 55Il y avait là aussi plusieurs femmes qui regardaient de loin : elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée, pour le servir. 56De ce nombre étaient Marie de Magdala et Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. 57Vers le soir, survint un riche personnage d’Arimathie, nommé Joseph, lui aussi disciple de Jésus. 58Cet homme alla trouver Pilate pour lui demander le corps de Jésus. Pilate acquiesça. 59Joseph prit le corps, l’enroula dans un linceul tout propre, 60et le déposa dans le sépulcre neuf qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il fit rouler une grosse pierre à l’entrée du sépulcre et s’en alla. 61Marie de Magdala et l’autre Marie étaient là assises vis-à-vis du tombeau. 62Le lendemain— c’est-à-dire le jour suivant la Préparation — les grands prêtres et les pharisiens se rendirent ensemble chez Pilate : 63« Monseigneur, lui dirent-ils, nous nous sommes rappelé que cet imposteur a dit de son vivant : Après trois jours, je ressusciterai. 64Veuille donc faire garder sa tombe, jusqu’au troisième jour. Ses disciples pourraient venir l’enlever et dire au peuple : Il est ressuscité des morts. Et cette dernière imposture serait pire que la première. » 65Pilate répondit : « Vous pouvez disposer d’une garde ; allez prendre vos assurances comme vous l’entendez. » 66Ils s’en allèrent donc, et s’assurèrent du tombeau en scellant la pierre et postant des gardes. 2Pilate gouvernait la Judée au nom de l’empereur romain Tibère. Les Romains avaient enlevé au Conseil juif le droit d’exécuter les sentences capitales. C’est donc pour ratifier la condamnation de Jésus qu’on le défère à Pilate. 8Sur ce Champ du Sang, voir une tradition quelque peu différente en Act 1.18-20. 10La citation est tirée en réalité de Zacharie (cf. Zac 11.12-13 et la note). Mais elle rappelle plusieurs versets de Jérémie où il est fait mention du champ et du potier (Jér 32.6-9 ; Jér 18.2-12). Cette citation souligne le caractère dérisoire de la mise à prix de Jésus : le prix d’un esclave. 25La responsabilité : litt. : son sang (est) sur nous. 29Un roseau : en guise de sceptre dérisoire. 34Sans doute une boisson destinée à plonger le supplicié dans une sorte d’inconscience. 43Citation de Ps 21.9. 45Toute la terre : ou tout le pays. 46Début de Ps 21. Tout le récit renvoie au psaume dans sa totalité (cf. v. 35, 43). 51Voile : la grande tenture qui séparait, dans le temple de Jérusalem, le sanctuaire, appelé Saint des saints, de la partie réservée aux officiants. 56De Magdala : bourgade de Galilée, à l’ouest du lac ; de là le nom de Marie-Madeleine.

28 1Après le sabbat, à l’aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie allèrent voir le tombeau. 2Et voici qu’il se fit un grand tremblement de terre : l’ange du Seigneur descendit du ciel, fit rouler la pierre, et s’assit dessus. 3Il avait l’aspect d’un éclair, son vêtement était blanc comme neige. 4Les gardes crurent mourir d’épouvante. 5Mais l’ange dit aux femmes : « Pour vous, ne craignez pas : Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. 6Il n’est point ici : il est ressuscité comme il l’avait dit. Venez voir la place où il a reposé. 7Hâtez-vous d’aller dire aux disciples qu’il est ressuscité des morts. Il vous précède en Galilée, c’est là que vous le reverrez. Voilà ce que j’avais à vous dire. » 8Elles quittèrent bien vite le tombeau avec une crainte mêlée d’allégresse, et coururent porter la nouvelle aux disciples. 9Tout à coup, Jésus se présenta devant elles et leur dit : « Salut. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds, et se prosternèrent devant lui. 10Jésus leur dit : « N’ayez crainte ; allez porter à mes frères l’ordre de se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me reverront. » 11Pendant qu’elles étaient en chemin, quelques hommes de la garde s’étaient rendus en ville annoncer l’événement aux grands prêtres. 12Ceux-ci se réunirent avec les anciens et, d’un commun accord, ils donnèrent aux soldats une forte somme d’argent : 13« Vous direz, leur ordonnèrent-ils, que ses disciples sont venus l’enlever de nuit, pendant que vous dormiez. 14Si le gouverneur vient à l’apprendre, nous le calmerons et nous vous tirerons d’affaire. » 15Les soldats prirent l’argent, et suivirent ces instructions. Et cette légende est encore répandue aujourd’hui parmi les Juifs. 16Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. 17Quand ils le virent, ils se prosternèrent ; cependant quelques-uns hésitaient encore. 18Mais Jésus vint à eux et leur parla en ces termes : « Toute autorité m’est dévolue, au ciel et sur la terre. 19Allez donc, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. 20Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Éditions de Maredsous
© 2016-2017 Abbaye de Maredsous. Tous droits réservés.